Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
10/08/2022 19:23

DIJON : Mickaël Rausher veut faire de sa bière un produit incontournable du mariage

S’étant découvert une passion, celle de faire ses propres bières et de les personnaliser, le micro-entrepreneur de 29 ans nourrit le souhait de séduire les futurs mariés avec des brassins à leur demande. C’est un de ses gros projets. Rencontre.
«S’il y a un message à faire passer, c’est de toujours y croire, essayer et essayer encore, s’accrocher à ce que l’on a envie de faire». En disant cela, Mickaël Rausher, 29 ans, se souvient notamment de ses premiers brassins, mais aussi de ses premières bières «qui explosent à l’ouverture, ou bien celles trop amères».

Depuis que sa femme lui a offert un kit de fabrication de bière en cadeau de Noël en 2018, l’intéressé, ou plutôt le passionné désormais, s’est fait la main et maîtrise la méthode, en brassant des litres et des litres pour arriver à des mixtures appréciables.


Beaucoup mieux même, il est en capacité de faire ses propres recettes de bières. D’autant plus, son expérience de douze ans en cuisine dans le domaine de l’hôtellerie-restauration et ses missions intérimaires dans le maraîchage lui permettent d’être au point sur les produits de saison ainsi que sur l’alliance des saveurs.

Sous le statut de micro-entrepreneur, il s’est lancé «Au fût et au moulin», le nom de sa petite entreprise sous le nom de laquelle il propose aujourd’hui cinq bières. Aimant aussi le partage de celles-ci, il est en capacité d’assurer des prestations de fabrication de bières auprès de résidents d’EHPAD. Ses ateliers «Brassons ensemble» peuvent aller de Chalon-sur-Saône jusqu’à Besançon.

Mickaël et ses «copines»


En écoutant le brasseur artisanal parler de son activité, on voit que les idées fusent, et l’originalité de ses bières en est un des résultats.

Ses explications en témoignent : «je mets tellement de coeur à l’ouvrage que c’était dommage de présenter cela comme un simple produit. Je me suis dit qu’on comprendrait bien mieux si on les présentait comme des personnes. Zoé, c’est la petite bobo parisienne qui boit dans des flûtes à champagne et n’aime pas quand la bière est trop forte. Nous sommes donc sur une bière blonde, douce, fruitée, légèrement acidulée. Avec Margot, on est sur une pale, quelque chose de plus amère et plus foral avec un arrière-goût orange-pamplemousse. Roxy, la rockeuse, c’est la bière triple, aux arômes grillés, fumés, voire tourbés, avec une petite proportion de malt de whisky. Caro, en hommage à ma chargée de communication, c’est la fêtarde, fan de mojito, il lui faut une bière blanche miel-citron-coriandre. Enfin, Isabelle, c’est la quarantenaire qui aime son café du matin, c’est une bière stout assez épaisse café-chocolat». Et Mickaël Rausher prépare une Antillaise pour le dernier trimestre de l’année, à base d’ananas, mangue et vanille. «Toutes mes bières sont sans additif ni conservateur», précise-t-il.

L’idée d’un brassin spécial pour futurs mariés


Sur chaque bière mise en bouteille, son nom est accompagné d’un portrait reprenant les descriptions faites, signé Edarya Illustration. Des personnalisations auxquelles tient beaucoup Mickaël Rausher, au point de miser sur la bière pour les mariages et les futurs mariés : «l’idée serait de faire, sur demande, un brassin spécial pour les futurs mariés, du plus simple au plus farfelu, qui pourrait être dégusté au buffet ou offert en cadeau, avec le portrait des mariés sur chaque bouteille à la place des visuels actuels».
Le rendez-vous est d’ores et déjà pris : Mickaël Rausher installera son stand dès l’entrée au parc des expositions lors du salon du mariage organisé par Dijon Congrexpo les 8 et 9 octobre 2022.

Comme on le dirait aux mariés, on ne peut que souhaiter longue vie à la petite entreprise du brasseur artisanal, cette activité faite donc d’ateliers et de vente de bières via son site internet lui donnant aujourd’hui la possibilité de s’épanouir et de se dégager un très bon complément de revenus certains mois. L’irrégularité de celui-ci ne lui permet toutefois pas encore de vivre totalement de sa micro-brasserie mais son deuxième projet majeur est l’ouverture d’un espace pignon sur rue, d’ateliers, de dégustation et de partages.

«S’amuser entre copains en partageant une bonne mousse»


«Je ne veux pas un truc guindé, plus un lieu où on vient s’amuser entre copains tout en partageant une bonne mousse. Avec la bière et le partage qu’elle permet, c’est la convivialité avant tout que je recherche, dans un lieu où on pourrait par exemple se faire des jeux de société et autres», décrit l’intéressé qui compte passer en EURL et se mettre à la recherche d’un local d’ici la fin de l’année.

En attendant, son laboratoire reste sa cave. Celle-ci devient certes trop étroite mais il y vit le début d’une belle aventure, en gardant précieusement et symboliquement sa toute première bière.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier

Plus d’informations : aufutetaumoulin.fr




Infos-dijon.com - Mentions légales