Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Vie locale > Vie locale
29/09/2020 17:14

DIJON : Monique Raja part en retraite «avec le sentiment du devoir accompli»

Le 1er octobre 2020, Monique Raja sera officiellement en retraite. En sa qualité d’attachée de presse puis de responsable d’animations, elle aura contribué à l’activité notamment événementielle du parc des expositions et congrès de Dijon. Retour sur sa carrière au sein de la structure.
Titulaire notamment d’une maîtrise en langues étrangères obtenue à Dijon et ayant vécu sa première expérience professionnelle au sein du Birmingham Post en Angleterre à la suite du passage d’une unité de valeurs dans la presse anglaise, c’est une candidature spontanée au Parc des Expositions qui a souri à Monique Raja, alors âgée de 23 ans. Souhaitant tenter sa chance pour décrocher un poste d’hôtesse trilingue, c’est finalement celui d’attachée de presse qui lui a été proposé du fait des compétences acquises lors de son tout début de carrière.

«C’était une opportunité extraordinaire»


«Je ne savais pas que quelqu’un était recherché pour ce poste, un pur hasard pour moi», se rappelle Monique Raja. Mais la principale concernée mesure encore aujourd’hui : «À mon âge, c’était une opportunité extraordinaire, une sacrée aventure».
Le 1er octobre 1980, elle acceptait «un gros challenge», avec un rendez-vous imminent qui allait confirmer ce choix. «Huit jours après ma prise de fonctions, il fallait préparer le dossier de presse de la foire, avec d’autres moyens, moins numériques que ceux que nous avons aujourd’hui. Ça m’a permis d’être tout de suite fixée, de voir si le métier était fait pour moi ou pas. Et pour l’anecdote, nous avions dû être aux petits soins pour la délégation du Sénégal (pays hôte de l’événement en 1980) qui découvrait le climat de notre automne».

D’entrée, Monique Raja se plait beaucoup en attachée de presse à Dijon Congrexpo. Elle va au fil des années prendre davantage de responsabilités et d’initiatives. Sur la foire gastronomique et internationale, elle contribue par exemple à l’organisation des rencontres gourmandes ou bien du grand prix national de la gourmandise… Elle est aussi attentive à bien garnir la table de Lucullus.
«On entend parfois que la foire ne bouge pas, n’évolue pas, mais il faut prendre d’abord en compte que c’est une vieille dame qu’on ne bouscule pas comme ça. Après, on essaie sans cesse de se renouveler ici, en contribuant également à l’attractivité économique du territoire au travers des réceptions au palais des congrès et du tourisme d’affaires», assure celle qui termine sa carrière en qualité de responsable presse, animation et information.

S’étant rapidement sentie «dans une grande famille» professionnellement, Monique Raja a fait le choix de renoncer à son envie première qui était de faire carrière à l’étranger. Avec son poste, elle n’avait pas à se plaindre : «J’ai eu la chance d’organiser les voyages de presse, de découvrir des pays où je ne serai jamais allée par moi-même. Je pense au Kazakstan, à la Géorgie… J’ai eu un vrai coup de coeur pour le Vietnam. Moi qui aime les voyages, ceux-ci donnent toujours l’occasion de rencontrer les gens, dialoguer avec eux, se fondre dans leurs cultures…».

«J’ai toujours essayé d’établir des relations de confiance»


En rapport avec son métier d’attachée de presse, elle retient un événement : Florissimo ! «En amoureuse de la nature que je suis, c’était un grand plaisir. Et puis, c’est la manifestation qui demande le plus de travail en amont en raison de sa réputation. Mais c’est la plus passionnante pour moi. Je me souviens d’ailleurs avoir réussi à obtenir un reportage sur TF1 l’année où Catherine Deneuve était la marraine de l’événement», dit avec une certaine fierté Monique Raja, sans toutefois tomber dans la prétention : «J’ai toujours essayé d’établir des relations de confiance et je pense que j’ai fait de mon mieux à mon poste, en ayant le souci du détail pour faire en sorte que tout se passe sans mauvaise surprise. Je serai toujours reconnaissante envers Monsieur Gonnet (Marc Gonnet était directeur général de Dijon Congrexpo en 1980) de m’avoir donné ma chance. J’ai appris énormément de choses dans des univers complètement différents. On passe des antiquités aux fleurs, de la gastronomie, à l’habitat, aux voitures de prestige… C’est un enrichissement extraordinaire».

Déçue de voir la retraite arriver à grand pas du coup ? Monique Raja part avec un gros pincement au coeur compréhensif, mais aussi avec une nouvelle approche traduisant bien le fait qu’il est l’heure de passer la main sans regret ni amertume : «Tout le monde s’est retrouvé dans la même situation avec le confinement. Mon mari par exemple qui est restaurateur a appris qu’il devait fermer du jour au lendemain. Aujourd’hui, je pourrais dire que j’ai envie de rester six mois de plus et participer aux nouveaux projets, mais il y en aura toujours de nouveaux, avec ou sans moi. C’est une évolution naturelle et j’ai justement eu le temps de m’y préparer avec le confinement et mon compte épargne-temps. C’est tout simplement une nouvelle étape qui commence, reste à faire qu’elle soit le plus agréable possible. J’aime dire que je passe d’une vie active à une vie récréative. Je vais prendre le temps, laisser la place à l’imprévu. C’est le luxe de la retraite. Je ne me désintéresserai pas de ce qui se passe à Dijon Congrexpo et je fais toute confiance à mes collègues, en particulier à François Contet pour les relations avec la presse et Frédérique Aubert sur la partie animation, pour mener à bien les projets dans cette période délicate».

C’est ainsi une retraite en quelque sorte au jour le jour que prévoit Monique Raja, en prenant sans doute plus de temps pour ses randonnées, pour son potager aménagé dans son jardin à Izier en Côte-d’Or. Cela sans oublier son idée de continuer à transmettre son goût pour la lecture via des activités de conteuse bénévole… Une «seconde vie» à la fois bien remplie et paisible en somme. On lui souhaite qu'elle soit longue et heureuse évidemment.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier