Recherche
> Vie locale > Vie locale
08/08/2020 03:17

DIJON : Petites doses de rafraîchissement contre la chaleur

Trois brumisateurs sont mis en place par la Ville de Dijon à titre expérimental depuis cette fin de semaine.
Au Jardin de l’Arquebuse, au Parc du Drapeau et au Port du Canal, ce sont les trois lieux choisis par la Ville de Dijon pour y installer des brumisateurs.
Conçus par les services techniques de la Ville, ils sont reliés au réseau d’eau urbain et peuvent être actionnés à l’aide d’un bouton-poussoir. Cela pour 7 secondes de rafraîchissement.

À l’initiative d’échanges en commissions de quartiers, la Ville de Dijon souligne également que l’opération s’inscrit dans deux axes : l’adaptation de la ville au changement climatique et la réduction de l’empreinte carbone de la ville.

Adjoint au maire de Dijon, Antoine Hoareau rappelle ces engagements de campagne, avant d’apprécier le travail réalisé par les agents des services techniques. «Des brumisateurs faits-main et extrêmement économes en eau, de l’ordre d’une demi-chasse d’eau par heure si ça devait fonctionner en permanence. Et à part 300 à 400 euros de matériel intégré dans chaque structure, c’est vraiment le travail des agents qui a permis ces réalisations et installations», assure l’élu municipal.

Membre de la liste «Dijon C’est Capitale» lors des dernières élections municipales, dont les colistiers en l’occurrence candidats à leur réélection ont notamment été critiqués pour le peu d’îlots de fraîcheur en ville, Antoine Hoareau rétorque : «On a la chance d’avoir un beau patrimoine arboré à Dijon. Nous avons la ville la plus importante en nombre d’espaces verts par habitant. À Dijon, mise à part la place Bossuet qu’il faudra bien réaménager, toutes les places ont soit de l’eau, soit des arbres, soit les deux, et on a énormément de parcs en ville. Il faut lutter contre les messages mensongers des opposants parce que Dijon est une ville verte et a l’ambition de devenir une capitale verte européenne. Sa sélection parmi les quatre finalistes du concours prouve bien que Dijon a des atouts et que Dijon est une ville verte».
La majorité municipale dit poursuivre des réflexions sur ce concept d’îlots de fraîcheur (voiles d’ombrage dans les rues piétonnes par exemple).

Pour l’heure, en plein dans cet épisode caniculaire, l’installation de ces trois brumisateurs lui semble appropriée. Même si les premiers tests au Jardin de l’Arquebuse ont montré qu’il est parfois difficile de profiter de l’effet des micro-gouttelettes en raison de l’orientation du vent.

Première amélioration envisagée durant le mois d’août : le passage à 30 secondes de rafraîchissement (7 secondes pour l’instant on l’a dit) une fois le bouton-poussoir actionné. L’eau qui se dégage des brumisateurs est l’eau potable de Dijon. Les structures sont programmées pour fonctionner de 10 heures à 22 heures.

Faut-il revoir la hauteur des structures pour que le rafraîchissement soit plus efficace ? Au risque par contre que certains s’en servent comme barre de traction ou même perchoir… La Ville de Dijon envisage d’en observer l’usage et d’en installer sur des places en centre-ville l’été prochain.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier