Recherche
POUR JOINDRE INFOS-DIJON
redaction.infosdijon@gmail.com (à privilégier)
SMS et MMS au 07 86 17 77 12
> Vie locale > Vie locale
03/12/2020 19:31

DIJON : Près d’une centaine de manifestants rassemblés devant la préfecture

L’injustice ressentie par les «exclus du Ségur» mais aussi la situation des structures de la petite enfance étaient au coeur des revendications ce jeudi 3 décembre.

Il y a un peu plus d’une semaine, les «oubliés du Ségur de la Santé» s’étaient réunis devant la préfecture «pour réclamer leur dû» en rapport à une revalorisation salariale dont ne profitent pas tous les personnels du domaine de la santé (retrouvez notre article en cliquant ici).
Sur place ce jeudi à la mi-journée, François Thibaut, représentant la CGT du CHU Dijon Bourgogne, répétait : «Nous ne sommes pas satisfaits car nous avons toujours ce problème absurde de gens qui au sein d’un même établissement sanitaire, à métiers égaux et à compétences égales, ne vont pas gagner la même chose... Il y a de l’injustice pour les agents et il y a aussi le risque que l’on se retrouve avec des postes vacants dans les unités où on gagne moins, car les agents demanderont à aller travailler dans les autres unités. On perdra en compétences et nous aurons des difficultés à recruter… La semaine dernière, je ne doute absolument pas que les services de la préfecture ont fait remonter les informations mais il faut maintenir cette pression-là et si nécessaire la faire remonter toutes les semaines pour que le gouvernement comprenne qu’il y a une injustice flagrante sur cette décision de périmètre». Une révision du périmètre du Ségur de la Santé est toujours exigé.

Les collègues du médico-social sont aussi touchés par cette «injustice», notamment ceux des Services de soins infirmiers à domicile. Plusieurs d’entre eux étaient d’ailleurs présents, avant la réception d’une délégation en préfecture.

On notait dans la manifestation la présence de personnels du CHU, de La Chartreuse ou bien du centre hospitalier d’Auxonne… Sandrine Mourey, secrétaire générale de l’Union départementale CGT, et Arnaud Guvenatam, chef de file de La France Insoumise pour les élections régionales, sont venus «soutenir les collègues».

Ce rassemblement était plus important que la semaine dernière puisque la question de la petite enfance était aussi évoquée.
Était dénoncée ce jeudi l’adoption le 21 octobre dernier de la loi pour l’accélération et la simplification de l’action publique (ASAP) permettant notamment de simplifier les normes d’accueil dans les crèches et autres structures du genre, «sans personnels supplémentaires et avec des encadrements élargis d'enfants»... «Faire et trouver de la place dans les crèches pour le nombre de demandes ne doit pas se faire au détriment de la qualité d'accueil».

Rue de la préfecture, tout un groupe de La Calypso, crèche privée à Dijon, s’était donné rendez-vous pour souligner qu’il en va du bien-être des enfants et de leur sécurité au sein des établissements, sans oublier de souligner que les postes d’assistantes maternelles sont «à lourdes responsabilités» malgré «les faibles salaires».

Pour la CGT, la mobilisation sur les deux dossiers n’est pas terminée.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier