Recherche
> Vie locale > Vie locale
13/05/2020 03:23

DIJON : Prise de température et port du masque avant la coupe de cheveux

Chez Coiff’au Féminin, toutes les mesures sont prises pour assurer la sécurité sanitaire des clients. Désinfections, stérilisations, gel, masques et même prise de température. Rien n’est laissé au hasard.
La réouverture des salons de coiffure est un soulagement pour beaucoup d’entre nous. A Dijon, malgré les bons conseils qu'avait donné Valérie Sugy du salon Coiff’ au Féminin, Avenue Champs Perdrix à Infos-Dijon  (Lire ICI ), pendant le confinement, certaines  catastrophes capillaires n’ont pas pu être évitées.

Aujourd’hui c’est la ruée chez les coiffeurs. «J’ai appelé mes clients dès la semaine dernière» nous explique Valérie Sugy «pour leur proposer des rendez-vous, et lundi, avant l’ouverture du salon, j’ai passé ma journée à répondre au téléphone. Je suis blindée pour les deux semaines à venir. Et mon agenda pour la semaine du 25 mai commence à se noircir de rendez-vous avec des tranches horaires allant de 8h à 19h non-stop»

Des mesures de sécurité sanitaires stricts


Valérie Sugy : «Nous sommes contraints de respecter des règles très strictes de sécurité sanitaire. Déjà, le salon est verrouillé. Les clients doivent attendre sur le pas de la porte. Etant donné la configuration de mon salon, je ne peux recevoir que deux clients en même temps. Il y a un sens obligatoire de circulation. Pour les peignoirs et les serviettes, mon stock est suffisant pour assurer une bonne rotation journalière. Je les lave tous les jours à 60°. Je dois désinfecter après chaque client, les sièges, les tablettes, les bacs, les vestiaires avec un spray. Et bien sûr je dois régulièrement me laver les mains. Je prévois environ 10 minutes de nettoyage entre chaque client. Le soir, je désinfecte complètement le salon» 

Vous stérilisez les ciseaux


«Jusqu’à présent, je désinfectais les ciseaux, peignes, brosses, tondeuses, rasoirs et autres après chaque client, et tous les  soirs ces outils étaient mis dans un stérilisateur. C’était suffisant. Aujourd’hui, non seulement je les désinfecte avec une lingette mais en plus je les stérilise, après chaque utilisation, dans cette machine que j’ai installée dans le salon». 

Prise de température et port du masque


«Avant tout je demande à chacun de mes clients de se servir du gel hydro alcoolique mis à leur disposition dès l’entrée du salon. Le port du masque est effectivement obligatoire. Concernant la prise de température, c’est une initiative personnelle. J’ai acheté le matériel nécessaire pour prendre la température de tous mes clients. En cas de doute, je refuserai l’accès à mon salon. C’est une mesure qui d’une part, va rassurer toute ma clientèle, et d’autre part me protéger»  

Plus de coupes de barbe et plus d’UV


«Je suspends en effet ces deux activités. Pour la barbe, les contraintes sont très importantes. Nous sommes obligés d’être très prêt du client. Les normes d’hygiène sont renforcées, la barbe doit notamment être nettoyée et désinfectée. Pour les UV, là aussi, j’arrête temporairement cette offre. On n’a pas vraiment plus de règles à respecter, mais il y aura un trafic supplémentaire dans le salon, ce qui va limiter le nombre de personne à la coupe, et pour l’instant je privilégie l’espace coiffure» 

Plus de coiffure à domicile


«Là aussi, je suspends les coiffures à domicile, il y a beaucoup trop de contraintes. Pour vous la faire courte, il faut que l’appartement soit désinfecté par mes soins, et je dois m’assurer qu’il n’y ait personne d’autre que le client. Là je rentre directement chez les gens et les risques sanitaires sont multipliés. En revanche je vais reprendre les coupes au Foyer St François à Dijon. Une organisation va se mettre en place avec cet EHPAD»   
 

Pas d’augmentation de tarif


«Même si pendant trois semaines je ne vais pas toucher terre, je suis contente de revoir mes clients et mes clientes. Je voudrai juste préciser que tous les magazines people sont supprimés pour des raisons évidentes. Je vais aussi limiter l’accès aux vestiaires en demandant de laisser les vêtements et autres sacs dans les voitures. Il n’y aura plus d’accès possible aux sanitaires. Je fournis le gel hydro alcoolique comme avant la pandémie, mais pas les masques. Un choix qui me permet de ne pas augmenter mes tarifs. Et pour le même prix j’offre toujours le petit café convivial, mais servis désormais dans un gobelet jetable».

                                                                                                                                                                             Norbert Banchet


                                            Désinfection et stérilisation du matériel de coiffure