Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
23/09/2022 18:57

DIJON : Une centaine de jeunes relancent la «grève scolaire pour le climat» du vendredi

Sous l'impulsion du mouvement Fridays for Future, une petite centaine de jeunes ont défilé au centre-ville de Dijon, ce vendredi 23 septembre, pour demander au gouvernement d'agir face au changement climatique.
Vendredi 13h30, des collégiens et lycéens peaufinent leurs pancartes sur la place de la Libération, lieu de rendez-vous pour manifester dans le cadre des Fridays For Future, ce 23 septembre 2022. Des moins jeunes sont là aussi.

Quelques brèves prises de paroles lancent l'action avec les Amis de la Terre Côte-d'Or, Extinction Rebellion Dijon et le syndicat étudiant l'Alternative. Les orateurs rappellent «la nécessité d'une action immédiate» en s'appuyant sur le rapport du GIEC : «on marche pour faire un mouvement de masse, pour dénoncer l'inaction climatique, mobilisez-vous !»


«On est plus chaud que le climat»


Une petite centaine de personnes s'élancent depuis la place de la Libération pour rejoindre la place Darcy en passant par la place de la République et le boulevard de la Trémouille.

Les manifestants donnent de la voix avec des slogans bien connus «un pas en avant, deux pas en arrière, c'est la politique du gouvernement» ou encore «on est plus chaud que le climat», et quelques chants révolutionnaires.

Un renouveau bien rôdé


Le mouvement avait été lancé en 2018 par Greta Thunberg qui prônait une «grève scolaire pour le climat». Les Fridays for Future avaient subit un coup d'arrêt durant la crise sanitaire. Ce vendredi marque une reprise qui se veut durable.

Plusieurs structures ont participé à l'organisation : les Amis de la Terre ont déclaré la manifestation à la préfecture de la Côte-d'Or, le financement était apporté par les Youth For Climate Dijon, tandis que le syndicat étudiant l'Alternative a prêté main forte pour les pancartes et les mégaphones.

Des étudiants «angoissés pour leur avenir»


Un groupe d'étudiants d'AgroSup Dijon entendent partager leur inquiétude : «on fait partie d'un écosystème énorme, on est en train de détruire la diversité, les sols, les forêts, l'eau et l'écosystème en général».

Ils soulèvent des sujets polémiques en lien avec la sécheresse estivale : «on interdit aux agriculteurs d'arroser leur champs alors que les golfs ont pu continuer leur activité, donc nous on veut un métier qui a du sens».

L'arrosage des cultures agricoles a été bel et bien été possible en Côte-d'Or, encadré par la préfecture avec notamment des horaires particuliers. Il en a été de même pour les golfs qui n'ont pas pu arroser l'ensemble des terrains mais seulement des espaces de jeu précis (lire le communiqué sur les mesures de restriction).

Les jeunes en question se disent «inquiets» et même «angoissés pour leur avenir» et, en ce début d'automne, pour leur facture de chauffage qui pourrait «diminuer sous l'effet d'une décision de rénovation thermique des logements étudiants».

Le CROUS Bourgogne-Franche-Comté mène une opération progressive de rénovation thermique de ses bâtiments. Ainsi, sur le campus dijonnais de l'université de Bourgogne, le pavillon Chalon a été rénové en 2019.

«Nous, les vieux on doit venir soutenir les jeunes»


Dans le cortège, il n'y a donc pas que des collégiens et des lycéens. En plus des étudiants d'AgroSup Dijon, on retrouve également des militants de l'AUBE (le syndicat Alternative de l'université de Bourgogne) ou encore du réseau Sortir du nucléaire et même des personnalités politiques comme Catherine Hervieu (EELV) en fin de cortège.

Le long du parcours, les passants croisés semblent rester indifférents. Au contraire, Quentin, apprenti en mécanique, brandit, lui, son poing pour saluer les manifestants.

Parmi les plus âgés, Agnès encourage les participants : «nous, les vieux on doit venir soutenir les jeunes, je comprends bien leurs problèmes et ce qu'ils peuvent ressentir».

«Jeunes» et «vieux» pourront sans doute se revoir car Youth for Climate a annoncé au niveau national que le mouvement serait amené à se renouveler certains vendredis.

Texte et photographies
Sabrina Dolidze












































Infos-dijon.com - Mentions légales