Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
31/05/2022 12:24

DIJON : Zutique Productions s’installe «Au Maquis» pour en faire un lieu culturel et touristique

L’ancienne maison éclusière 51S du canal de Bourgogne se transforme en un lieu culturel et touristique qui promet créations et rencontres ainsi que Frédéric Ménard, directeur de Zutique Productions, l'a présenté le 24 mai dernier. Ouverture des portes le 1er juillet.
La maison éclusière 51S aux abords du canal de Bourgogne, à la frontière entre Dijon et Plombières-lès-Dijon, accessible notamment à pied, quelques centaines de mètres après la base nautique et les terrains de tennis du lac Kir en longeant le canal, n’est plus vacante. Depuis 2019, elle est réhabilitée pour pouvoir y accueillir «un projet culturel, social et touristique». Ce sont les mots de Frédéric Ménard, directeur de Zutique Productions, qui va donc avoir son propre lieu.

Si l’association dijonnaise gardera un pied aux Grésilles - dans un appartement de Grand Dijon Habitat -, quartier où elle opère depuis 25 ans à la Coursive Boutaric, Zutique Productions, à l’initiative du Tribu Festival, porteuse de la programmation musicale de Grésilles en fête et qui contribue aux Nuits d’Orient ainsi qu’à l’accueil de street-artistes sur le MUR, s’exprimera Au Maquis. C’est le nom du futur lieu évoqué, dont Zutique Productions a dévoilé les composantes sur le terrain mardi 24 mai 2022.


Propriété de VNF, la structure en question s’inscrivait dans le programme Open Canal, appel à projets lancé par l’opérateur visant à redynamiser les berges et par conséquent les 70 maisons éclusières vacantes aux abords du canal de Bourgogne.

Le projet de Zutique Productions ayant donc été retenu, le coût total de l’opération de réhabilitation s’élève à 450.000 euros, dont la moitié pris en charge par VNF (gros oeuvre, terrassement, plomberie, assainissement) et l’autre moitié par l’association dijonnaise aidée, dans le cadre du contrat de canal, à hauteur de 60.000 euros par l’Etat et le FNADT, 50.000 euros par Dijon Métropole, autant par la Région Bourgogne-Franche-Comté et 20.000 euros par le Département de la Côte-d’Or.

Le printemps a été rythmé par plusieurs chantiers participatifs Au Maquis, ayant vu 70 bénévoles se porter volontaires pour les travaux de rafraîchissement. Des personnes accueillies au Cesam, à l’Acodège et au Cada de Plombières-lès-Dijon ont participé elles aussi.

Rendez-vous à la cantine du Maquis dès le 1er juillet


La maison se trouve sur une aire de 1.800 m2. Elle permettra d’accueillir des artistes en résidence l’hiver, trois chambres se trouvant à l’étage, mais aussi de proposer des ateliers et des concerts, dans un lieu ouvert à tous, pendant la saison haute (printemps-été). L’ancien garage est lui aussi transformé en espace de résidences artistiques pluridisciplinaires.

Donnant sur un côté du terrain, l’aménagement et l’équipement d’une cuisine professionnelle permet à l’équipe de se projeter sur l’ouverture d’un restaurant extérieur le 1er juillet. Le rendez-vous est d’ores et déjà donné à la cantine du Maquis.

Une terrasse en bois de 70 m2 couverte par des tentes nomades donnera la possibilité de servir une quarantaine de couverts. L’ouverture est prévue jusqu’au 28 août, du vendredi soir au dimanche soir, avec également des services les samedis et dimanches midi. L’occasion pour Frédéric Ménard de confirmer que tout le monde pourra venir Au Maquis, «habitants de Dijon, de Plombières, passants, promeneurs, vélotouristes, péniches».

Si les idées potagères et paysagères sont dépendantes de la nature et ne seront visibles que l’année prochaine voire plus, un potager est d’ores et déjà imaginé du côté du garage. À l’opposé, côté terrasse, il faudra «trouver des solutions pour cohabiter avec l’envahissante Renouée du Japon». Les porteurs du projet imaginent cela dit un coin paysager avec l’aide du Jardin de l’Arquebuse et des élèves du BTS Paysage du lycée agricole de Quetigny, «visible dans deux-trois ans».

«Voir comment les promeneurs et les visiteurs vont utiliser le lieu»


Pour l’heure, Au Maquis, on se projette sur la première saison-test et son week-end d’ouverture, du vendredi 1er au dimanche 3 juillet 2022. Toute la programmation artistique sera dévoilée le 15 juin prochain.
Frédéric Ménard en a donné quelques pistes. Le Tribu Brass Band, orchestre créé par Zutique Productions autour des musiques du monde, sera au rendez-vous. Autour du 14 juillet, la thématique du bal sera développée. Et cette première saison verra l’association proposer un cycle sur les langues régionales avec la Maison du patrimoine oral de Bourgogne.

Zutique fait dans la musique mais pas seulement. Du théâtre est également annoncé. La première saison permettra de «voir comment on va habiter le lieu, voir comment les promeneurs et les visiteurs vont l’utiliser», selon Frédéric Ménard, qui glisse aussi l’idée d’«en faire une base pour des projets d’art dans l’espace public» avec des structures culturelles partenaires telles que les Ateliers Vortex, le Consortium ou bien la compagnie Jérôme Thomas et l’association CirQ’ônflex.

À proximité de la terrasse du futur café-bar-restaurant, l’installation d’une scène et d’un espace couvert pouvant accueillir 200 personnes est annoncée. Avant d’autres projets déjà dans les tuyaux pour la saison 2023 afin d’élargir les possibilités de résidence artistique et de création. Tout cela avec la volonté de ne pas fixer de tarifs pour les concerts, «à prix libres et conscients», afin de ne pas créer des conditions d’accès prohibitives au lieu.

Situation géographique oblige, non loin notamment de Velars-sur-Ouche où 115.000 passages de vélotouristes sont comptabilisés par an d’après les capteurs de VNF, Au Maquis se positionne tel un lieu à la fois culturel et touristique. L’association forte de huit salariés devrait embaucher deux personnes supplémentaires dont un cuisinier.

Pour poursuivre les ambitions évoquées, sachant aussi que la première saison annoncée est estimée entre 60.000 et 70.000 euros, l’association dijonnaise lancera une campagne de financement participatif sur la plateforme Zest dans le courant du mois de juin.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier














Infos-dijon.com - Mentions légales