Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
18/03/2021 05:58

EMPLOI : Le plan de relance attribue des «moyens importants» aux contrats aidés

Dans le cadre de France Relance, le gouvernement mobilise neuf milliards d'euros pour le plan 1 jeune 1 solution. Parmi les outils pour favoriser l'accès à l'emploi et la formation, les contrats aidés qui ont été présentés ce mercredi 17 mars au préfet de la Côte-d'Or en visite à l'agence Pôle Emploi de Dijon ouest.
Le gouvernement avait annoncé «un large éventail de mesures en direction des jeunes» en préparant le budget de l'année 2021. À présent, le service public de l'emploi est missionné pour faire connaître aux entreprises les évolutions des dispositifs existants ainsi que les nouveaux outils.

Ce mercredi 17 mars 2021, le préfet de la Côte-d'Or, Fabien Sudry est allé à la rencontre des équipes de Pôle Emploi de l'agence Dijon ouest pour suivre une présentation des différents contrats aidés destinés aux publics fragilisés et pour entendre les témoignages d'entrepreneurs et de jeunes recrues.

74% de demandeurs d'emploi satisfaits à l'agence Dijon ouest


Le préfet a été accueilli par Michel Swieton, directeur régional de Pôle Emploi Bourgogne-Franche-Comté, et Annicet Loembe, directeur régional adjoint. Située dans le quartier de la Fontaine-d'Ouche, l'agence Dijon ouest accompagne 8.200 demandeurs d'emploi - dont un quart ont moins de 26 ans – sur un secteur qui va du centre-ville de Dijon jusqu'à la vallée de l'Ouche. En 2020, sur ce périmètre, 5.000 personnes ont retrouvé un emploi. 74% des demandeurs d'emploi se disent satisfaits du service de l'emploi ainsi que 88% des entreprises.

«Toute l'agence travaille en synergie dans le cadre de France Relance et du plan 1 jeune 1 solution avec notamment la mise en place des contrats aidés, des mesures d'aide aux jeunes, des entrées en formation, le tout en étroite collaboration avec nos partenaires, notamment la Mission Locale et Apec Cadre Emploi», explique Catherine Perrin, directrice de l'agence.

Accompagnement «intensif» des jeunes


Chaque mois, dans le cadre de l'opération Tous mobilisés pour l'emploi, l'agence organise un événement spécifique en direction des moins de 26 ans. Pour ce mercredi 17 mars, il s'agit d'un atelier de préparation à l'entretien d'embauche afin de «dédramatiser» le face à face entre un candidat et un recruteur. Il se déroule avec deux conseillers, l'un spécialisé sur l'accompagnement des jeunes, l'autre dédié aux entreprises, ainsi que de Valérie Rossignol, responsable de la formation du groupe Teletech, le centre d'appel installé à Dijon.

«Les candidats font part de leur expérience, de leurs difficultés également quant à la recherche d'emploi pour pouvoir échanger avec la personne chargée de recrutement», explique une conseillère Pôle Emploi. «Je viens apporter une expérience et développer des partenariats même en dehors de session de recrutement », indique Valérie Rossignol. «Ça permet d'avoir le regard de l'entreprise, ce qui est attendu, ce qui peut être intéressant pour eux», constate une participante.

«Les entreprises parlent en direct, les sujets qui sont mis en avant concernent bien souvent les savoir-être des candidats, (…) plutôt qu'une compétence technique qui va s'apprendre», signale Jean-François Locatelli, directeur territorial Pôle Emploi pour la Côte-d'Or.

Cinq types de contrats aidés pour les publics fragilisés


«Acteur public, Pôle Emploi porte des éléments importants de la politique publique dans le cadre de France Relance», souligne Michel Swieton qui ajoute que «les agents de Pôle Emploi sont très engagés dans l'organisation du plan 1 jeune 1 une solution». Ce plan est financé par «des moyens importants» puisque le gouvernement mobilise neuf des cent milliards d'euros de France Relance.

Parmi les modalités de ce plan figurent notamment les contrats aidés, la formation avec le Plan Investissement Compétences et l'Accompagnement Intensif Jeunes. Pôle Emploi travaille en partenariat avec la Mission Locale, la DIRECCTE, l'APEC et les collectivités territoriales.

Cinq contrats aidés sont destinés aux publics les plus fragilisés que sont les jeunes et les personnes résidant en zone de revitalisation rurale (ZRR) ou dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV) :
- les Emplois Francs (jusqu'à 15.000 euros sur trois ans pour un CDI) et Emplois Francs Plus (aide bonifiée pour les jeunes jusqu'au 31 mars 2021 : jusqu'à 17.000 euros sur trois ans pour un CDI),
- le Contrat Initiative Emploi Jeunes pour le secteur marchand (prise en charge de 47% du SMIC),
- le Parcours Emploi Compétences pour le secteur non-marchand en ZRR ou QPV (prise en charge de 80% du SMIC) ou bien pour les Jeunes (prise en charge de 65% du SMIC).

«Travailler au plus près des besoins des entreprises»


Directeur territorial du Jura et de la Haute-Saône, Jean-Michel Cheval chapeaute de façon transverse le dossier des contrats aidés pour l'ensemble de la Bourgogne-Franche-Comté. Pour obtenir des résultats, Pôle Emploi mobilise des entrées multiples, «la réussite vient autant du public que des employeurs que des partenaires», déclare-t-il.

Les agents du service public de l'emploi font la promotion des contrats aidés auprès des entreprises des secteurs marchand et non-marchand en mettant la priorité sur les filières en tension que sont le BTP, la santé et le grand âge, la métallurgie et l'hôtellerie-restauration.

«Il est important de pouvoir accompagner les entreprises dans la définition de leurs besoins et aussi d'accompagner les demandeurs d'emploi pour les orienter sur ces entreprises qui vont rechercher des salariés dans les mois qui viennent», explique Jean-Michel Cheval.

Pôle Emploi vise également les entreprises grand compte du secteur non-marchand, susceptibles de recruter en nombre (centres hospitaliers, mairies, intercommunalités...), les associations œuvrant dans l'aide alimentaire pouvant avoir besoin de renforts ainsi que les grands comptes publics régionaux (SNCF, Orange, La Poste...).

Concernant la gestion des offres, Pôle Emploi revendique de «travailler au plus près des besoins des entreprises pour pouvoir leur orienter des publics et, prioritairement, ces publics fragilisés qui peuvent faire bénéficier l'employeur de mesures d'aides à l'embauche».

Un vivier de candidats


Chaque offre déposée par les employeurs fait l'objet d'une présentation des contrats aidés et l'agence utilise des mesures d'immersion pour sécuriser les recrutements. Jean-Michel Cheval donne l'exemple de dossiers d'Emplois Francs qui n'arrivent pas à terme parce que manque un document d'où la présence de conseillers dès le montage du dossier.

Par ailleurs, Pôle Emploi a créé un «vivier de candidats» : les conseillers repèrent les demandeurs d'emploi qui peuvent être éligibles aux contrats aidés pour les préparer à rentrer dans des emplois. Dans une logique de parcours, les demandeurs d'emploi sortant d'une formation ou d'une structure d'insertion  sont «systématiquement» rencontrés. Les agences peuvent prescrire la prestation Valoriser son image professionnelle qui est axée sur l'estime de soi et les savoir-être afin de «redonner confiance» aux publics éloignés de l'emploi.

De plus, les agences assurent une veille sur la plateforme 1 jeune 1 solution où se trouvent des offres d'emplois ainsi que des événements organisés sur l'ensemble du territoire pour informer les jeunes.

Côté entreprise, les agences communiquent auprès des employeurs, y compris ceux qui s'étaient détournés des contrats aidés. Cela passe par plusieurs relais comme les organisations patronales, les chambres consulaires, les cabinets comptables, les centres de gestion ou encore les conseils départementaux.

Jean-Christophe Tardivon

Des contrats aidés, des entrepreneurs engagés





















Infos-dijon.com - Mentions légales