Recherche
> Vie locale > Vie locale
15/07/2020 19:22

FÊTE NATIONALE : Cent policiers mobilisés sur la circonscription de Dijon

Au niveau de la zone police de Dijon, les forces de sécurité intérieure ont été particulièrement mobilisées dans la nuit du 14 au 15 juillet. Les policiers ont été visés par des tirs de mortiers et sont intervenus sur cinq sites pour limiter le nombre d'incendies de véhicules.
Dans le prolongement des violences urbaines survenues à la mi-juin, la direction départementale de la sécurité publique avait mobilisé des personnels en prévision de potentiels débordements les 13 et 14 juillet.

Si la nuit du 13 juillet a été calme à part un feu de broussailles à Talant (lire notre article), les forces de sécurité intérieure ont dû intervenir dans la nuit du 14 juillet 2020. En tout, 100 policiers ont été mobilisés sur la circonscription de Dijon dont 65 CRS. Un effectif bien plus important que les années précédentes.

Comme l'indique la sécurité publique, deux problématiques sont apparues durant cette nuit : des tirs de mortiers et des incendies. Cinq sites ont été concernés : les quartiers des Grésilles, de la Fontaine-d'Ouche et du Drapeau à Dijon ainsi que les quartiers du Mail à Chenôve et du Belvédère à Talant.

Les policiers ont dû essuyer des tirs de mortiers qui les visaient directement au point que le pantalon d'un fonctionnaire a pris feu, sans le blesser. Par ailleurs, ont lieu plusieurs tentatives d'incendie de véhicules et de poubelles. Les agents ont riposté par des tirs de grenades lacrymogènes.

«Nous avons été efficace sur la gestion des violences urbaines»


Du point de vue de l'état-major de la sécurité publique, «le dispositif était bien adapté puisqu'il y avait des personnels sur tous les quartiers au même moment». Des sections de CRS avaient été prépositionnées notamment sur le quartier des Grésilles et à Chenôve avec des effectifs mobiles se rendant rapidement sur les lieux où situation dégénérait.

«Nous avons été efficace sur la gestion des violences urbaines et n'avons jamais eu de temps de retard, ça a permis de limiter le nombre de véhicules brûlés» souligne Christophe Pauget pour la direction départementale de la sécurité publique.

Deux incendiaires présumés ont été interpellés en flagrant délit dans le quartier Drapeau à Dijon, il s'agit de deux mineurs à présent placés en garde à vue.

L'interdiction des feux d'artifices


Une troisième problématique était surveillée par les forces de sécurité intérieure : les tirs improvisés de feux d'artifices individuels. Une activité qui, en dehors du risque d'incendie, n'a pas de dangerosité particulière pour les populations. Néanmoins, dans le cadre de l'arrêté préfectoral d'interdiction de détention et de transport de feux d'artifices, les policiers ont appréhendé plusieurs personnes détentrices et ont confisqué les matériels.

Les forces de sécurité intérieure insistent sur le fait d'avoir priorisé les situations dangereuses. Pour les prochains jours, la vigilance sera renforcée sur les secteurs sensibles.

Jean-Christophe Tardivon