Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
03/06/2022 17:24

LÉGISLATIVES : Bruno Le Maire mobilise pour «aller au bout de la transformation du pays»

Le ministre de l’Économie était en Bourgogne ce vendredi 3 juin. Avant Chalon-sur-Saône, il a fait étape à Dijon. «L'Europe est ce qui va nous permettre de défendre un nouveau capitalisme qui soit plus juste pour ceux qui travaillent et plus respectueux de la planète», a-t-il déclaré.
Opération mobilisation pour Bruno Le Maire. Le ministre de l’Économie a entamé le 11 mai dernier un marathon pour aller soutenir les candidats de la majorité présidentielle dans toutes la France et doter les militants en arguments ainsi qu'en vidéos pour les médias sociaux.

Ce vendredi 3 juin 2022, Bruno Le Maire est arrivé à la gare de Dijon pour un rapide temps d'échanges avec les cinq candidats investis par Ensemble avant de filer en direction de Chalon-sur-Saône avec Louis Margueritte (Renaissance), chef de cabinet adjoint du ministre et candidat investi sur la cinquième circonscription de la Saône-et-Loire, ainsi que sa suppléante Marie-Claude Jarrot (Horizons), maire de Montceau-les-Mines.


En gare de Dijon-Ville, Bruno Le Maire a été accueilli par Didier Martin (candidat sur la première circonscription de Côte-d'Or), Benoît Bordat (deuxième), Fadila Khattabi (troisième), Yolaine de Courson (quatrième), Didier Paris (cinquième) et le sénateur François Patriat.

«Une majorité claire pour aller au bout de la transformation du pays»


Devant les militants réunis dans une salle de l'hôtel Océania, à deux pas de la gare, Bruno Le Maire débute tambour battant un discours qui déclenchera de nombreux applaudissements. En voici quelques extraits.

«Nous avons devant nous une élection majeure pour le pays. (…) Le premier enjeu, c'est de permettre à des députés sortants ou sortantes d'être reconduits parce qu'ils ont fait un bon travail. (…) Il faut également donner leur chance à tous les petits nouveaux qui se présentent. (…) On en a besoin à l'Assemblée nationale pour porter un regard nouveau.»

«Le président de la République a besoin d'une majorité claire, unie et cohérente pour aller au bout de la transformation du pays que nous avons engagée. (…) Je vous demande d'être offensifs aussi pour dégonfler les baudruches de La France Insoumise et de nos opposants.»

«Qui a créé 1,2 million d'emplois au cours du quinquennat passé ? Qui a permis au chômage de passer de 10% à un peu plus de 7% pour avoir le taux d'emploi le plus élevé depuis 25 ans ? (…) Qui a permis à la France de devenir le pays le plus attractif de tous les pays européens pour les investissements étrangers ? Qui a permis, en 2021, pour la première fois en France, plus d'usines qui ouvrent que d'usines qui ferment ? C'est un renversement historique par rapport à 30 années de délocalisation qui ont été un drame humain, un drame politique et un drame politique. Qui a permis d'embaucher des centaine de milliers d'apprentis ? (…) C'est Emmanuel Macron, c'est votre majorité, c'est vous !»

«L'inflation est à 5%, c'est difficile pour nos compatriotes»


«Aujourd'hui, tous nos compatriotes souffrent du pouvoir d'achat. (…) Les prix flambent pour deux raisons. Première raison, c'est la reprise économique très puissante dès septembre-octobre. (…) Je tiens à rappeler le calendrier pour montrer à quel point nous avons anticipé. (…) À ce moment-là, nous avons décidé le gel du prix du gaz, le plafonnement à 4% des prix de l'électricité. (…) Vous avez été protégés comme aucun autre pays européen n'a été protégé contre l'inflation. (…) L'inflation est à 5%, c'est difficile pour nos compatriotes mais c'est moitié moins que dans certains pays européens. C'est le taux d'inflation le plus faible de tous les pays de la zone euro sans exception.»

«Deuxième effet : la guerre en Ukraine. (…) La Russie n'est pas une grande puissance économique mais la Russie est un grand producteur de matières premières : pétrole et gaz. Cela créé des tensions. (...) Les décisions que nous avions prises quatre mois avant ont été particulièrement précieuses.»

«Nous augmenterons toutes les retraites de base du niveau de l'inflation»


«Notre responsabilité, par souci de justice, est de protéger en priorité les retraités. Nous augmenterons toutes les retraites de base du niveau de l'inflation dans la loi qui sera examinée dès le mois de juillet. Nous ferons la même chose pour les minima sociaux. (…) Nous sommes aussi la majorité de la solidarité.»

«Le choc inflationniste va durer quelques mois. (…) Dans le courant de l'année 2023, les choses commenceront à rentrer dans l'ordre. À ce moment-là, nous pourrons commencer à cibler mieux les dispositifs vers les personnes qui sont les plus fragiles. (…) Nous poursuivrons une politique économique de l'offre qui a donné les résultats attendus.»

«Nous devons aussi faire en sorte que plus de Français travaillent»


«Le premier pilier de cette politique, c'est le travail. Ce qui va permettre à la France de vivre mieux, c'est que nous atteignions enfin le plein emploi. (…) Il faut qu'il y ait du travail pour tous et il faut que le travail paie. Un des enjeux face à l'inflation, c'est que les entreprises qui le peuvent doivent effectivement augmenter les salaires.»

«Nous devons aussi faire en sorte que plus de Français travaillent, (…) faire en sorte que l'on puisse travailler plus longtemps, en tenant compte de la pénibilité du travail, en tenant compte de l'âge auquel on est rentré sur le marché du travail. (…) Mais engager la réforme des retraites sur la base d'une concertation approfondie, d'un dialogue avec toutes et tous, c'est ce qui nous permettra d'avoir plus de prospérité et de financer notre modèle social, nos services publics, nos hôpitaux, notre système éducatif.»

«Quand j'entends Monsieur Mélenchon promettre la retraite à soixante ans. Comment va-t-il financer ? Soit il augmentera les charges sur les salaires, ce qui veut dire que tous les jeunes qui rentrent sur le marché du travail, ils auront un salaire net moins élevé parce qu'ils devront payer plus de cotisations, soit il baissera les pensions des retraités.»

«Je vois aussi que Monsieur Mélenchon a promis comme première mesure d'abroger la loi contre le séparatisme. Chacun voit bien que la question du séparatisme est une vraie question qui peut diviser la société française. Qu'est-ce que nous voulons comme société ? Une société unie, autour des valeurs, des principes, des règles de la République ou une société divisée en autant de communautés qui finalement finira dans le communautarisme ?»

Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, «jumeaux» contre l'Europe


«Nous pensons profondément que l'Europe est un projet à porter, qui va nous permettre d'accélérer la décarbonation de nos économies, (…) d'innover dans des domaines aussi porteur que l'hydrogène, les biocarburants. (…) L'Europe est ce qui va nous permettre d'exister entre la Chine et les États-Unis. L'Europe est ce qui va nous permettre de défendre un nouveau capitalisme qui soit plus juste pour ceux qui travaillent et plus respectueux de la planète. L'Europe, c'est ce qui va nous permettre de continuer à défendre nos agriculteurs, à défendre la politique agricole commune.»

«La réalité du projet de Madame Le Pen comme de Monsieur Jean-Luc Mélenchon – là-dessus, ils se rejoignent et sont jumeaux – c'est que leurs deux projets conduiront directement à la sortie de la France de l'Union européenne. (…) Nous, nous voulons une France qui occupe toute sa place dans l'Union européenne. (…) Oui, la France pèsera sur le destin de l'Union européenne et n'en sortira jamais !»

«Voter, ça prend cinq minutes et ça change cinq ans. Donc prenez les cinq minutes et changez les cinq ans. Changez-les dans le sens que vous souhaitez, pas dans le sens que souhaitent nos adversaires.»

Propos recueillis par Jean-Christophe Tardivon

«Nous devons signer un contrat pour une croissance nouvelle», déclare Didier Martin


«J'ai un pied dans l'urbain, un pied dans le rural», assure Benoît Bordat


«La cohabitation, c'est l'immobilisme», alerte Fadila Khattabi


«Cette campagne va se faire pour ou contre les retraites», envisage François Patriat


Yolaine de Courson entend «faire valoir la puissance de la ruralité»


«Aller jusqu'au bout avec Emmanuel Macron, c'est un impératif pour la France dans l'Europe», revendique Didier Paris


Les candidats font leurs jeux pour les élections législatives en Côte-d'Or





























Infos-dijon.com - Mentions légales