Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
19/03/2021 19:56

MUSICOTHÉRAPIE : Des airs d'opéra pour se souvenir des moments heureux

Première sortie du Chœur de l'Opéra de Dijon depuis novembre dernier. Première intervention extérieure pour les résidents du centre gériatrique du CHU de Dijon. Des airs lyriques ont résonné au sein de l'EHPAD de Champmaillot ce mardi 16 mars.
Les artistes de l'Opéra de Dijon avaient hâte de prendre de l'air. Après des mois à répéter à l'Auditorium, l'action culturelle a lancé l'opération «l'Opéra prend l'air» pour aller à la rencontre d'élèves, de soignants ou de personnes isolées.

Parmi les modalités de cette opération, le concert de poche qui propose la performance d'un ou deux choristes avec un accompagnement piano. Ce format permet d'assister à «un concert en toute intimité» et de «partager l'émotion au plus près du public». Vingt-trois concerts de poche sont prévus en quinze jours.

Première sortie à Champmaillot


Le tout premier concert de poche a été réservé aux résidents de l'EHPAD du CHU Dijon-Bourgogne sur le site de Champmaillot, ce mardi 16 mars 2021. Deux interventions de trente minutes auprès de deux unités ont été organisées pour chanter des extraits d'opéras et des chansons.

En amont, les artistes ont procédé au choix des airs avant de les retravailler avec le chef de chœur pour trouver une dynamique dans l'enchaînement. Ainsi, sept programmes musicaux ont été constitués. Le jour même, l'action culturelle intervient pour proposer des transitions entre les pièces et de la médiation avec le public.

Delphine Ribemont-Lambert, choriste alto, Takeharu Tanaka, choriste ténor, Maurizio Prosperi, pianiste, et Guillaume Labois, responsable de l'action culturelle de l'Opéra de Dijon, ont été accueillis par Jean-Claude Petot, musicothérapeute de l'EHPAD Champmaillot.

«La musique vient chercher quelque chose sur le plan émotionnel»


La première unité visitée ce jour compte trente résidents mais une dizaine de personnes ont été sélectionnées en fonction de leur appétence pour les concerts et de l'absence de risque. La seconde unité concerne des résidents pouvant avoir des difficultés à se repérer dans le temps. Pour eux, «la musique vient chercher quelque chose sur le plan émotionnel», explique le musicothérapeute.

Alors que les artistes se préparent, les résidents s'installent à bonne distance. En cette période d'épidémie de Covid-19, la plupart des résidents de l'EHPAD Champmaillot sont à présent vaccinés. Pour autant, par sécurité, le port du masque de protection reste de rigueur lors de la venue d'intervenants extérieurs. Une disposition qui permet aux artistes de quitter leur propre masque pour une meilleure écoute.

Romance et exotisme


Le premier extrait des «Noces de Figaro», l'opéra bouffe de Mozart, parle au public du jour puisqu'une dame fredonne d'emblée cet air des plus connus. Delphine Ribemont-Lambert campe alors Cherubino pour «Voi che sapete».

Le ténor s'empare du second morceau, une chanson napolitaine : «O sole mio». La romance continue avec «J'ai deux amants», une mélodie d'André Messager tirée de sa comédie musicale «L'amour masqué», un clin d’œil de l'alto à la situation sanitaire.

Le concert invite au voyage. Issu du répertoire de son pays d'origine, le Japon, Takeharu Tanaka chante «Sakura Yokocho» qui parle d'un cerisier au pied duquel un homme pense avec mélancolie à sa bien-aimée.

L'exotisme s'ajoute à la romance alors que le voyage musical continue en direction de l'Espagne avec «L'amour est un oiseau rebelle» qui vient de «Carmen», l'opéra de Georges Bizet. Air qui a un fort succès à l'applaudimètre des résidents. «Le duo de l'Espagnol et de la jeune Indienne», issu de «La Périchole», opéra bouffe de Jacques Offenbach, permet ensuite à l'alto et au ténor de chanter ensemble.

Durant la série de concerts, les artistes proposeront aussi des œuvres moins connues comme, ce mardi, un extrait de «La veuve joyeuse», opérette de  Franz Lehár, avec «L'heure exquise» pour conclure la prestation.

«C'est un travail de réminiscence»


À l'issue des interventions, le musicothérapeute de l'EHPAD Champmaillot salue l'implication des artistes de l'Opéra pour «un moment précieux qui redonne une belle énergie à tout le monde».

«Souvent les résidentes et résidents, par le passé, ont eu accès à cette culture musicale», indique Jean-Claude Petot à Infos Dijon. D'où le souhait de l'entretenir : «c'est un travail de réminiscence qui vient rappeler des moments du passé et, souvent, des moments heureux, des moments festifs. Très souvent, ils en reparlent ensuite avec les soignants dans le cadre des soins, en fin de journée ou quelques jours après. Ils font le lien entre leur vie passée et l'ancien théâtre de Dijon, l'opéra tel qu'ils l'ont connu».

Comme le précise Jean-Claude Petot, «on a sur l'établissement des musicothérapeutes qui font ce travail en jouant régulièrement dans les unités pour cultiver ce répertoire» en s'appuyant sur Offenbach ou Bizet notamment, les résidents allant rechercher les paroles.

Jean-Christophe Tardivon















































Infos-dijon.com - Mentions légales