Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
18/10/2021 03:26

POLITIQUE : «Éric Zemmour peut permettre de faire une réelle union des droites», analyse Gauthier Maimbourg

Membre de la Génération Z, Gauthier Maimbourg s'intéresse aux idées d’Éric Zemmour depuis ses premières interventions télévisées. L'étudiant dijonnais ne croit ni dans les chances des Républicains ni dans celles de Marine Le Pen de remporter l'élection présidentielle de 2022.
Originaire de Dijon Gauthier Maimbourg a 23 ans et étudie la médecine en cinquième année à l'université de Bourgogne. Dès le début de ses études, le jeune homme a adhéré au syndicat étudiant classé à droite, l'UNI Bourgogne. Son engagement l'a conduit à présider la structure.

«L'UNI m'a beaucoup intéressé de par son histoire, notamment sa fondation en réponse aux événement de Mai 68», indique-t-il, «les valeurs qu'elle défend, une certaine valeur du mérite, une certaine idée de ce que doit être l'enseignement supérieur qui est un enjeu énorme pour le rayonnement de la France à l'étranger et l'excellence française».


Après avoir transmis le flambeau, il est aujourd'hui président d'honneur. Cependant, ce lundi 11 octobre 2021, il s'exprime à titre personnel et indique n'avoir jamais adhéré à un parti politique proprement dit.

Découvert chez Ruquier


Le jeune homme a découvert Éric Zemmour précocement, lors des interventions du polémiste dans l'émission de Laurent Ruquier, «On n'est pas couché» (de 2006 à 2011) qu'il regardait «assidûment» avec ses parents.

«J'ai été tout de suite intéressé par son discours», se souvient-il, «par son approche, notamment aussi historique, de ce qu'est la France, impressionné par sa culture et ses talents d'orateurs».

«Du point de vue politique, ce qui m'a notamment intéressé par rapport à Éric Zemmour, c'est le livre de Geoffroy Lejeune (rédacteur en chef de Valeurs Actuelles) : il avait écrit «Une élection ordinaire», c'est une politique-fiction, il imaginait l'élection d’Éric Zemmour à la président de la République. J'espère maintenant que le réel dépassera la fiction», s'enthousiasme-t-il.

Toujours au rayon des livres, «Le suicide français» (2014) a marqué l'étudiant qui suit donc ainsi l'essayiste depuis de nombreuses années. «Lui-même se dit gaulliste, RPR traditionnel. Je pense qu’Éric Zemmour, c'est surtout le pont qui peut permettre de faire une réelle union des droites. (…) Je pense que c'est celui qui est capable de rallier le plus de monde pour faire gagner la droite à la prochaine élection présidentielle», envisage le soutien de la Génération Z.

«Un monde globalisé versus une identité des nations»


«Le découpage politique du monde actuel n'est plus du tout celui qu'on avait il y a quelques années. Avant, on était vraiment sur une opposition socialiste et libéral, le gaullisme était un peu une sorte de troisième voie malgré tout. Maintenant, la question se pose beaucoup plus sur un monde globalisé et uniformisé versus une identité des nations et même une identité des régions du monde. Je pense qu'on a une identité française incluse dans une identité européenne. (…) C'est pour ça que l'on peut voir des membres des Républicains qui sont finalement proches d'Emmanuel Macron et, à l'inverse, des scissions au sein même de certains partis», analyse Gauthier Maimbourg.

«Il me semble évident que quelqu'un compatible avec la politique d'Emmanuel Macron ne peut pas rentrer dans cette union des droites. Elle ira aussi loin qu'elle le peut, du moment que l'on a un discours cohérent, qu'on aime la France, qu'on défend la France, son identité, que l'on ait ce combat pour les bien commun et pas forcément pour des intérêts personnels comme on peut le voir beaucoup maintenant dans le monde politique. C'est ça que défend Éric Zemmour, ce n'est ni un archaïsme ou un passéisme, c'est la souveraineté de la France, c'est la primauté d'une civilisation sur son territoire, des choses relativement saines, il me semble, et que l'on retrouve dans tous les continents du monde. Il n'y a qu'en Europe que l'on se triture l'esprit avec ce genre de question», développe-t-il.

Les questionnements sur la civilisation vus comme «primordiaux»


La mise en avant du sujet de l'immigration chez Éric Zemmour est vu par Gauthier Maimbourg comme une réponse à «un débat qui est important pour l'ensemble des Français» : «à l'heure actuelle, les questionnements sur les flux migratoires, sur la civilisation, ce sont des sujets qui sont devenus primordiaux pour une partie des Français notamment au vu des conditions de vie de certains Français dans beaucoup de quartiers populaires où, parfois, il est devenu compliqué de vivre sereinement et dans le respect de chacun. (…) Par ailleurs, il aborde de plus en plus des thématiques économiques, écologiques ».

Du «respect» pour Arnaud Montebourg


Bien que venant de la gauche, les appels à la relocalisation industrielle et au développement d'un patriotisme économique lancés notamment par Arnaud Montebourg intéressent le jeune homme qui indique avoir «beaucoup de respect» pour ce courant issu du socialisme.

«Montebourg, Chevènement, ce sont des personnes qui défendent ce que devrait être le vrai socialisme : la souveraineté de la nation face à des systèmes qui peuvent parfois écraser les populations, les travailleurs. Le découpage droite/gauche, est-ce qu'il est encore réel ? Ce sont deux personnes très intéressantes sur ces plans-là», précise-t-il.

Environ 150 GZ en Bourgogne


La Génération Z a émergé en mars 2021. «Il y avait déjà un terreau fertile sur Internet», rappelle Gauthier Maimbourg qui a manifesté son ralliement durant l'été : «chez les Républicains, on ne voyait pas vraiment d'option viable qui incarne ce que l'on pense. (…) Au Rassemblement National, il semblait évidemment que Marine Le Pen allait retenter sa chance, (…) ça nous semblait complètement invraisemblable qu'elle puisse l'emporter. Sur le plan des idées, je ne m'y retrouvais pas».

«C'est un mouvement qui est monté énormément et rapidement, la plupart sont des jeunes étudiants, ne sont pas forcément encore actifs. Ce sont des gens qui sont conscients d'un certain nombre d'enjeux actuels et qui souhaitent s'engager pour faire changer les choses», insiste-t-il.

«À la Génération Zemmour, on a le plus grand nombre de militants jeunes en termes de partis politiques à Dijon et en Bourgogne», revendique le sympathisant alors que l'on peut s'interroger de l'écho du mouvement chez les étudiants par exemple.

Le sympathisant estime que la Génération Z rassemble une cinquantaine de personnes en Côte-d'Or et près de 150 en Bourgogne. Le référent de Bourgogne-Franche-Comté est actuellement en train de structurer le mouvement, en lien avec l'organisation nationale, et ne s'exprime pas auprès des médias pour l'instant.

«Notre objectif est de faire connaître le plus grand nombre les idées portées par Éric Zemmour et de faire prendre conscience aux gens (…) qu'il est certainement le meilleur candidat pour faire remporter les valeurs de la droite à la présidentielle», insiste Gauthier Maimbourg.

La Génération Z mène donc des actions militantes, des collages, des tractages et des interventions sur les médias sociaux. Les sympathisants espèrent la venue du polémiste à Dijon d'ici la fin de l'année. Reste à savoir si, entre temps, il aura officialisé sa candidature.

Jean-Christophe Tardivon


Infos-dijon.com - Mentions légales