Recherche
> Vie locale > Vie locale
16/06/2020 15:31

VIOLENCES URBAINES : Laurent Nuñez annonce 150 policiers et gendarmes en renfort ce mardi soir à Dijon

Le secrétaire d’État a fait l'annonce dans la cour de l'Hôtel de Police après avoir rencontré les effectifs étant intervenus la nuit précédente. Il a envoyé un message de fermeté face «aux voyous qui exhibent des armes».
Après une étape à la préfecture, Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, s'est rendu ce mardi 16 juin 2020 à l'Hôtel de Police de Dijon, place Suquet pour rencontrer les effectifs qui sont intervenus dans le quartier des Grésilles dans la nuit précédente.

Laurent Nuñez est resté prudent sur l'analyse de la situation, renvoyant vers l'enquête judiciaire en cours qui déterminera les causes du déclenchement de ces violences urbaines. Néanmoins, il a dénoncé des «faits intolérables».  Laurent Nuñez a témoigné de son «soutien à la population locale, aux élus locaux» rappelant que «la population dijonnaise, y compris dans les quartiers, a droit à la sérénité, à la tranquillité et à la sécurité».

Laurent Nuñez a tenu à «réaffirmer que la justice, en France, est rendue par l’État, un état de droit, personne ne peut se faire justice par lui-même». Dans la cour de l'Hôtel de Police, il a salué «le courage des forces de sécurité intérieure qui ont fait face à ces événements avec beaucoup de détermination».

«À une époque où l'on pratique l'amalgame, où l'on parle d'une police violente, une police raciste», les agents des forces de sécurité intérieure ont «rappelé qu'ils étaient les garants de notre ordre républicain» a-t-il souligné.

Laurent Nuñez a annoncé le renforcement du dispositif mis en place avec «deux unités de forces mobiles qui seront présentes sur le terrain» soit 150 agents en plus des effectifs locaux. «C'est effectifs seront présent autant de fois qu'il le faudra» a-t-il assuré.

Le secrétaire d’État a finalement voulu passer «un message très clair aux voyous que nous avons vus exhiber des armes, aux individus qui sont venus commettre ici des violences à Dijon, notre réponse sera extrêmement fermer et le dispositif sera maintenu». L'action de l'Etat se prolongeant dans les investigations menées dans le cadre de l'enquête judiciaire.

Jean-Christophe Tardivon