Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté
09/04/2024 10:29
9221 lectures

POLITIQUE : «La laïcité, ce n'est pas l'anticléricalisme d’État», déclare Alexis Corbière

À Dijon, ce lundi 8 avril, le député Insoumis de la Seine-Saint-Denis a réagi à la polémique concernant le collège de Saint-Georges-sur-Baulche où des représentantes d'association d'aide aux devoirs ont dû ôter leur voile islamique.
En pleine campagne pour les élections européennes, les Insoumis de l'Yonne ont initié une polémique portant sur le respect des principes de laïcité dans les établissements scolaires.

De passage à Dijon pour un meeting, ce lundi 8 avril 2024, Alexis Corbière (LFI), député de la Seine-Saint-Denis a été interrogé sur le sujet par Infos Dijon. Le «vieux mélenchoniste», comme il se qualifie lui-même, a botté en touche et défendu les militants.

Retour sur les faits


Selon le Syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale de l'UNSA, le 22 mars dernier, au collège Jean-Bertin à Saint-Georges-sur-Baulche, en périphérie d'Auxerre, trois bénévoles de l'association l'Olivier qui fait de l'aide aux devoirs sur le temps périscolaires, se présentées vêtues d'une voile islamique. Le principal leur a demandé d'ôter leur voile (lire le communiqué).


La situation a fait monter au créneau des militants icaunais de La France insoumise qui, par un communiqué du 26 mars, on taxé le principal d'«acte raciste et islamophobe».

«C'est gravissime», selon Jérôme Naime, secrétaire du SNPDEN-UNSA dans l'académie de Dijon, interrogé par Infos Dijon. «Le principal n'a pas été condamné pour des actes racistes et islamophobes, ce sont des termes juridiques.»

Un distinguo entre les représentantes d'association et les parents d'élèves


«Selon les articles D551-1 , D551-2 et D551-6 du code de l’éducation les associations qui interviennent au sein d’un établissement scolaire doivent respecter les principes de laïcité. Ainsi un représentant d’une association, intervenant au sein de l’école en sa qualité de membre de l’association, se doit de respecter les principes de laïcité de l’école publique et n’afficher aucun signe d’appartenance religieuse, même s’il est aussi parent d’élève», relève le syndicat.

Jérôme Naime explique ainsi qu'un professeur également parents d'élève doit appliquer les articles ci-dessus parce que son droit de parent d'élève s'efface devant son devoir d'enseignant. «Il en va de même pour les représentants d'association», insiste-t-il.

Le secrétaire académique du SNPDEN-UNSA signale que, lors de la journée de portes ouvertes en question, des parents d'élève se sont présentées notamment voilées sans que le principal ne leur demande d'ôter ce vêtement.

Le principal a déposé une plainte pour diffamation


Si, un temps, le directeur académique de l'Yonne a communiqué sur une présumée «erreur» du principal, il a rapidement été repris par le recteur de l'académie de Dijon qui a conforté la décision du principal.

Le chef d'établissement a déposé plainte contre X pour diffamation et le SPDEN-UNSA se porte partie civile. «Ce sont des sujets de fonds importants et très impactant pour nos établissements scolaires», note Jérôme Naime.

«J'invite ce proviseur à bien lire la loi de 1905», réagit Alexis Corbière


Interrogé sur le fait que le principal a demandé à des bénévoles d'une association d'ôter leur voile islamique dans l'enceinte du collège, Alexis Corbière répond en évoquant la situation de parents d'élèves.

«La loi lui interdit de faire ça», déclare le député Insoumis, «je défends les chefs d'établissement, les professeurs ; il est hors de question que quinconque menace un chef d'établissement ou un professeur, cela va de soi». «Je suis enseignant, je serai toujours du côté de l’Éducation nationale.»

«J'invite ce proviseur [sic] à bien lire la loi de 1905, y compris la loi de 2004, et à ne pas confondre ce qui est un fonctionnaire et un parent. Les parents de ne pas porter les signes religieux. C'est une mauvaise interprétation», rétorque Alexis Corbière. «Le ministre lui-même a rappelé au chef d'établissement que là-dessus qui s'est trompé [NDLR : il s'agit du directeur académique de l'Yonne et non de la ministre].»

«La laïcité, ce n'est pas interdire aux gens d'avoir des convictions spirituelles», déclare l'Insoumis


«Ne confondons pas ce qui est la laïcité, dont nous avons besoin, c'est à dire qu'il n'y ait pas de fanatisme religieux qui vienne percuter la démocratie, qui vienne empêche les enseignants de travailler, c'est une évidence», développe-t-il. «Comprenons le sens de la loi de 1905 qui n'a jamais empêché pour des citoyens, s'ils veulent mettre une soutane, une kippa, une croix, porter un foulard, c'est leur droit, c'est une question de liberté démocratique.»

«La laïcité, ce n'est pas l'anticléricalisme d’État. Ce n'est pas interdire aux gens d'avoir des convictions spirituelles», poursuit l'Insoumis. «Surtout, ce que j'observe, c'est d'interdire un certain type de religion mais pas les autres. Ça, ce n'est pas possible, ce sont les guerres de religion qui commencent.»

«Ce proviseur, je le respecte, je pense qu'il s'est trompé. Restons-en là, je ne sais pas pourquoi il veut porter plainte et il perdra toute manière», anticipe Alexis Corbière.

«Le problème de l'école, c'est des taux de remplacements d'enseignant extrêmement bas», pointe le député


«Mais ne faisons pas des polémiques permanente là-dessus. Peut-être que tout va bien ici. Je viens de Seine-Saint-Denis, le problème de l'école, c'est des taux de remplacements d'enseignant extrêmement bas. Quand les professeurs sont absents, ils ne sont pas remplacés. Dans mon département, le département le plus jeune de France, le plus pauvre de France, la totalité des heures non remplacées, c'est l'équivalent d'un an et demi de scolarité sur la totalité d'une scolarité. Ça, c'est la priorité», revendique le député. «Professeurs, parents d'élève, on veut tous la même chose : que nos gamins soient bien éduqués».

Jean-Christophe Tardivon

Alexis Corbière appelle à «rassembler une force sociale, populaire, écologique, démocratique»



Infos-dijon.com - Mentions légales