Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Campus > Sur le campus
22/09/2021 12:29

UNIVERSITÉ DE BOURGOGNE : Nathalie Koenders est la marraine de la promotion 2021

Sportive de haut niveau en canoë-kayak puis femme politique engagée au PS, la marraine 2021 a effectué plusieurs passages à l'université de Bourgogne, comme étudiante et comme enseignante. Avec le président Vincent Thomas, Nathalie Koenders a pris la parole lors de la cérémonie de rentrée universitaire, ce mardi 21 septembre à Dijon.
Après une cérémonie uniquement en distanciel en 2020, le président de l'université Vincent Thomas a pu conduire ce mardi 21 septembre 2021 une cérémonie officielle de rentrée universitaire en présentiel à l'Atheneum à Dijon. Une diffusion numérique a également été assurée par les équipes techniques de l'uB.

Le moment institutionnel a permis de présenter la marraine de la promotion 2021, Nathalie Koenders, et de mettre à l'honneur des majors de promotion de l'année universitaire 2020-2021 ainsi que des sportifs méritants.

La cérémonie s'est déroulée en présence de Laëtitia Martinez (PS), vice-présidente du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté en charge de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, et de Denis Hameau (PS), conseiller de Dijon Métropole délégué à l'enseignement supérieur. Le député de la Côte-d'Or Rémi Delatte (LR) était représenté par Adrien Huguet.


«Nous savons pouvoir compter sur la responsabilité des étudiants»


En prenant la parole, Vincent Thomas explique que l'Atheneum a été choisi pour cette cérémonie car il a fait l'objet récemment d'importants travaux d'aménagement.

L'Atheneum est un «espace de vie important sur le campus, un lieu de culture, d'échanges ; (…) un bel exemple de lieu ouvert sur notre ville et sur ses habitants». Pour le président, il s'agit là d'«une facette de notre politique culturelle que nous souhaitons particulièrement ambitieuse».

Les effectifs de l'université sont stables avec 35.000 étudiants. Devant ceux qui l'écoutent en présentiel et le suivent en diffusion numérique, le président de l'université revient alors sur le contexte sanitaire, les recrutements effectués, les nouveautés en matière de formation ou encore la création du pôle de santé mentale et d'une cellule anti-harcèlement.

«La vaccination a montré son efficacité», indique Vincent Thomas alors que la rentrée universitaire se déroule en présentiel, sans passe sanitaire mais avec port du masque de protection et respect des gestes barrières. «Dans certaines formations, on atteint 100% de vaccinés», ajoute-t-il.

Pour autant, les événements festifs étudiants peuvent se tenir «comme avant» sous réserve de vérifier la présentation du passe sanitaire par les participants.

«Nous savons pouvoir compter sur la responsabilité des étudiants, qui ont parfois été montrés du doigt au cours de la crise sanitaire, de manière totalement injuste, parce que, sur nos campus, nous pouvons tous témoigner qu'ils ont montré un respect remarquable des consignes sanitaires», insiste Vincent Thomas.

«Les personnels sont en nombre insuffisant, faute de moins suffisant, eut égard à l'étendue des missions qui sont toujours plus nombreuses», concède le président au chapitre des ressources humaines. Cependant, l'uB recrutera en 2022 : 62 postes d'enseignants et d'enseignants-chercheurs ouverts (onze de plus qu'en 2021) ainsi que 34 postes de personnels administratifs BIATS (cinq de plus qu'en 2021).

«Engagement et défi»


Chaque année, «une personnalité prestigieuse» ayant effectué une partie de son parcours à l'université de Bourgogne se penche sur le berceau de la nouvelle promotion. Ancienne étudiante en STAPS de l'uB, championne de France de canoë-kayak K1 sur 1.500 mètres en 1998, la Dijonnaise Nathalie Koenders a été choisie cette année 2021.

Comme le souligne Vincent Thomas, «engagement et défi» forment le leitmotiv du parcours professionnel, sportif et politique de Nathalie Koenders. «Ce sont donc ces deux mots, deux mots qui sont aussi deux valeurs, qui marquent votre personnalité, je souhaite que votre parrainage place l'université de Bourgogne sous le signe de ces deux valeurs et permettent à toute la communauté de s'en inspirer», envisage-t-il.

«L'université de Bourgogne a toujours été là au cours de mon parcours atypique», répond Nathalie Koenders en prenant la parole. «L’université de Bourgogne est un acteur majeur du développement éducatif, culturel et socio-économique du territoire, un partenaire privilégié de notre ville et de notre métropole», précise-t-elle avec sa casquette d'élue locale.

À ce sujet, l'adjointe déléguée à la tranquillité publique en profite pour réagir à la tenue des «nombreuses soirées d'intégration» dont certaines ont provoqué en pleine nuit quelques désagréments pour les riverains du centre-ville : «faites la fête mais avec modération !» Le message est passé.

«J'ai toujours eu un pied à l'université de Bourgogne»


«En tant qu'étudiante en STAPS, j'ai pu concilier les études et le sport. L'université de Bourgogne était à mes côtés en proposant des emplois du temps adapté», rappelle Nathalie Koenders en revenant sur ses liens avec l'institution où elle a validé une maîtrise en management et droit du sport en 1999.

«Les valeurs qui caractérisent le sport – la persévérance, le goût de l'effort, l'humilité, le dépassement de soi – je pense que ce sont aussi des valeurs que, en tant qu'étudiant, vous partagez», adresse-t-elle à l'intention de l'assistance.

En parallèle de sa carrière de sportive de haut niveau, la kayakiste a été recrutée comme cadre au sein du ministère de la Jeunesse et des Sports. À l'arrêt de la compétition, Nathalie Koenders a repris des études pour passer des concours de la fonction publique et a validé un master en droit des administrations publiques à Paris-Assas. Puis, elle a donné des cours en master de STAPS à Dijon. «J'ai toujours eu un pied à l'université de Bourgogne, c'est important de rendre ce que l'université m'avait donné», glisse-t-elle.

«Nous avons besoin de jeunes comme vous pour s'engager pour la cité»


Concernant la vie de la cité, Nathalie Koenders, alors membre du Parti Radical de Gauche, devient adjoint au maire de Dijon déléguée au commerce à la suite des élections municipales de 2008. Elle rejoindra par la suite le Parti Socialiste et deviendra première adjointe en 2014.

«C'est un mandat passionnant, qui permet tout à la fois de s'occuper du quotidien de nos concitoyens à la fois en anticipant ce que sera notre ville de demain», souligne l'élue dijonnaise en ajoutant à l'intention des étudiants : «nous avons besoin de jeunes comme vous pour s'engager pour la cité».

«Pour préparer l'avenir, l'université de Bourgogne est un partenaire essentiel. C'est ici que sont formées les têtes pensantes de demain. C'est ici que naissent les innovations qui permettront à nos territoires d'être de plus en plus résilients. Pour toutes ses raisons, c'est une réelle fierté de pouvoir marrainer la promotion 2021. (…) Je ne doute pas que, pour chacune et chacun des étudiants de cette promotion, l'université de Bourgogne sera – comme elle l'a été pour moi – un endroit où l'on apprend à réfléchir par soi-même, où on s'émancipe, où l'on trouve le rôle que nous aurons au sein de cette société», conclut Nathalie Koenders.

«Trois siècles d'université en Bourgogne»


En 2022, l'université de Bourgogne célèbrera ses 300 ans. En lien avec le pôle culture, le professeur Jacques Poirier anime un groupe de travail sur les festivités. Le président lance un appel à l'ensemble de la communauté universitaire : «toute personne qui veut prendre une initiative pour fêter ses 300 ans est invitée à prendre contact avec ce groupe de travail pour s'insérer dans le programme».

Dans ce contexte, les majors de promotion présents à la cérémonie officielle se sont vus remettre le livre «Trois siècles d'université en Bourgogne», rédigé par Gilles Bertrand et préfacé par Alain Bonnin (Éditions universitaires de Dijon, 2019). L'ouvrage se penche «sur la grande aventure de cette université» et permet de retrouver «les événements, les étapes, les hommes et les femmes qui ont marqué son évolution».

Jean-Christophe Tardivon

«L'université de Bourgogne fait preuve d'une ambition et d'un dynamisme qui est assez rare dans le paysage universitaire français», estime Vincent Thomas


Les informations clés de la rentrée 2021 à l'université de Bourgogne


Sur le campus de Dijon, les étudiants cogiteront au Cortex


Le centre de vaccination est opérationnel sur le campus universitaire de Dijon































Infos-dijon.com - Mentions légales