Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
28/09/2022 16:52
6277 lectures

DIJON : Le collectif Sauvons les berges du Suzon se mobilise pour «protéger le paysage»

Cinq représentants d'un nouveau collectif protestant contre le projet immobilier Venise II se sont retrouvés place de la Libération au moment du conseil municipal de ce lundi 26 septembre. «Il faut prendre le climat en compte au quotidien», a revendiqué un participant.
La mobilisation dite des Jardins de l'Engrenage pour contester le projet immobilier Garden State, situé avenue de Langres, est encore dans toutes les têtes. Cette fois, c'est le projet immobilier Venise II, situé en bordure de Suzon, dans le quartier de la Toison d'or, qui est modestement décrié.

Durant le conseil municipal de ce lundi 26 septembre 2022, cinq personnes se sont présentées à 18 heures devant la mairie pour interpeller les élus, sans pouvoir les croiser puisqu'ils étaient déjà en séance.

Dans la foulée des Jardins de l'Engrenage, un collectif informel a été constitué sous le nom Sauvons les berges du Suzon. Informel parce qu'il n'est pas constitué en association et qu'aucun responsable n'a été désigné.


Pour autant, un long communiqué a été adressée aux médias et une pétition a été lancée, comptant près de 1.500 signatures à ce jour (lire le communiqué).

«On demande aux élus d'annuler la vente de ce terrain»


Sous une pluie battante, les quelques personnes présentes ont expliqué leurs motivations dont Mathilde Mouchet qui s'improvise porte-parole le temps de l'action. Autour d'elle, des membres des Amis de la Terre Côte-d'Or et de Bien vivre dans le quartier Larrey.

«La délibération du 27 juin prévoit la vente de ce terrain-là qui, aujourd'hui, est une prairie de papillons, on a 58 espèces de papillons qui ont été recensées par un entomologiste bénévole», a indiqué Mathilde Mouchet en déployant des voiles colorés symbolisant des ailes de papillon.

«Cette vente de terrain permet la mise en place de projet immobilier Venise 2 qui verrait la bétonnisation de tout ce terrain soit trois hectares. (…) On demande aux élus aujourd'hui réunis de revenir sur leur décision et donc d'annuler la vente de ce terrain, de ne surtout pas délivrer de permis de construire (…) et d'associer les gens aux décisions», a-t-elle ajouté.

«Il y a eu zéro concertation», a-t-elle poursuivi alors qu'une riveraine a été avertie récemment de l'existence du projet par une publicité dans sa boîte aux lettres.

«Cet été, on a fait un îlot de fraîcheur. Des gens sont allés faire des relevés de température : il faisait 5 degrés de moins sur le terrain», a appuyé la manifestante. «On est le long du Suzon, (…) il y a un enjeu à protéger [le] paysage. (…) En 2022, on ne peut plus faire ça.»

«Il faut prendre le climat en compte au quotidien»


«On a vraiment l'impression que le maire et son adjoint à la construction Monsieur Pribetich (…) sont encore dans les années 70, 'on construit à tout va, tout va bien', avec le double discours de dire 'on densifie la ville pour ne pas manger des hectares agricoles autour' et, en fait, ils font les deux, ils construisent à Valmy, etc. Les années 70 sont terminées, on a changé de siècle, il faut prendre le climat en compte au quotidien. Les discours sont très bien en général mais le concret laisse vraiment à désirer», a déclaré Jean-Marc Convers.

«On a un espace avec le jardin japonais, les berges du Suzon et ça permet de biodiversité de continuer à vivre. On a cité les papillons, j'ai pris en photo un lucarne cerf-volant qui devient de plus en plus rares. (…) On peut facilement voir un écureuil. Si ces espaces sont de plus en plus réduits, où vont habiter ces animaux qui font partie de notre nature ?» a développé l'adhérent des Amis de la Terre Côte-d'Or.

«On a le quartier, l'éco, il faut le chercher»


Alors que la Ville de Dijon met en avant la réalisation d'«un éco-quartier alliant habitat durable accessible à tous et protection de la biodiversité» (lire ci-dessous), les manifestants n'adhèrent pas à ce propos.

«On a un certain nombre d'exemples d'écoquartiers, à Dijon et dans d'autres villes. On a le quartier, l'éco, il faut le chercher», a commenté la riveraine Andrée Dejeu.

«On est déjà à un niveau de circulation de voitures sur la route d'Ahuy, depuis la rocade, c'est quelque chose qui est devenu absolument affolant» a-t-elle ajouté. «Il y a un niveau sonore et de pollution. Tout ça n'est pas de nature à me rassurer.»

«Grand lancement» de la commercialisation


Sur près de trois hectares, le projet immobilier Venise II prévoit la réalisation de 48 maisons et 37 appartements allant du T1 au T5.

Le groupe Édouard Denis a déjà lancé la commercialisation de bien en annonçant un «grand lancement» les 30 septembre et 1er octobre prochains. Des maisons sont proposées à la vente à près de 4.000 par m², des appartements BBC dans des bâtiments de trois niveaux maximum peuvent aller jusqu'à 4.600 euros par m². Livraison prévue au quatrième trimestre 2024.

Jean-Christophe Tardivon

Du mouvement au sein du conseil municipal de Dijon


Du nouveau pour la rocade de Dijon et l'autoroute A38


François Rebsamen défend la Cité de la Gastronomie et cible le MuséoParc Alésia


Les principaux débats du conseil municipal du 26 septembre


La Ville de Dijon indique les informations marquantes du conseil municipal du 26 septembre


Extrait du communiqué de la Ville de Dijon du 29 juin 2022 :


Venise 2, un éco-quartier alliant habitat durable accessible à tous et protection de la biodiversité

Dans le cadre du développement de ses éco-quartiers, la Ville de Dijon précise l’avancée du projet dit « Venise 2 ».

Le site s’inscrit le long d’un couloir écologique qui borde le Suzon où 48 maisons familiales et 37 appartements de typologies variées seront implantés.

Le projet prévoit un vaste espace vert de 3 700 m2 entre le Suzon et la route d’Ahuy. Dijon, capitale écologique reconnue pour ses actions en faveur de la lutte contre le changement climatique et la préservation des ressources, assure la protection de la biodiversité existante notamment celle des arbres remarquables. Des micros forêts de noyers déjà présents et d’autres jeunes arbres permettront la création d’îlots de fraicheur et de centres de biodiversité, avec la répartition de nichoirs pour les oiseaux. Ces îlots boisés seront entourés de microtrèfles favorisant la pollinisation et la rétention d’azote, qui permet la fertilisation des végétaux alentours. La trame verte sera complétée par l’implantation d’un verger renforçant ainsi la volonté de la Ville de Dijon de s’inscrire dans un projet de système alimentaire durable. Un soin particulier sera apporté à la mise en valeur de la ripisylve en bordure du Suzon, garantissant ainsi la protection de la faune et de la flore présente.

Courrier adressé par le collectif Sauvons les berges du Suzon aux conseillers municipaux le 26 septembre 2022 :

Mesdames et Messieurs les élu.es,

Pour mémoire, mis à part 3 abstentions venues des bancs de la droite, vous avez tous voté POUR le rapport n° 19 présenté au Conseil municipal du 27 juin dernier.
Ça ne vous rappelle rien ?
Allez, on vous aide : il s’agissait de la vente au « Groupe Edouard Denis » et à la société « 4S Immo » de terrains situés 86-118 route d’Ahuy et rue de Bruges, pour la réalisation d'une opération d'habitat nommée « Venise 2 » (sans doute en  référence au caractère inondable de cet espace ?).

Hypnotisés par les propos lénifiants du camarade Pribetich, “toutouisés” par Rebsamen (selon l’expression récente d’un de ses amis ancien premier ministre) vous avez ainsi autorisé rien de moins que l’artificialisation des 3 hectares du dernier espace naturel du nord de Dijon !

Au cœur de l’été, alertés par des citoyen.nes lecteur.ices du journal local, rejoints par des associations dijonnaises, nous avons adressé un recours gracieux au Maire de Dijon pour lui demander le retrait de cette délibération, autrement dit l’annulation de la vente des terrains aux promoteurs.

Notre recours est d’abord motivé par le déni de démocratie que constitue cet énième décision de bétonisation d’un espace naturel communal, bien commun de tous les Dijonnais.es, sans AUCUNE consultation préalable de la population. Alors que vous avez récemment doté la Ville d’une “Charte de la participation citoyenne” (l’avez-vous seulement lue !?), comment osez-vous encore valider des projets d’aménagement urbain aussi importants et impactants pour les riverains, sans que ceux-ci soient, d’une manière ou d’une autre, associés à la décision ?

Au-delà de la méthode, c’est une bêtise insondable de détruire, au motif de bâtir encore et toujours plus de logements, un espace naturel aussi vaste. Ce lieu d’une exceptionnelle biodiversité et îlot naturel de fraîcheur est plébiscité par les riverains lors des étés caniculaires (désormais tous les étés, en fait !)

Surtout quand une étude récente de la Drias (Météo France) nous informe que Dijon est dans le "top 5" des villes françaises qui seront les plus affectées par la hausse des températures !
https://www.geo.fr/environnement/quelles-seront-le...
 
Alors, maintenant qu’on vous a ouvert les yeux et que l’été passé vous a peut-être aussi fait un peu réfléchir à l’absurdité de telles décisions, vous voilà pétris de remords d’avoir voté pour ce projet fou. Vous pensez sans doute que le retour en arrière n’est pas possible ? Si ! Vous pouvez encore rattraper le coup !

En effet, si un tiers d’entre vous revient à la raison, vous pouvez ensemble obtenir la convocation d’un Conseil municipal extraordinaire, pour délibérer sur l’annulation de la vente des terrains et la mise en place d’un processus de consultation, et même de co-décision, associant les riverains à l’avenir de cet espace naturel si précieux. La vente n’ayant pas encore été définitivement signée, son annulation est encore possible, mais il faut vous presser.

Après l’été que nous avons collectivement vécu, si la décision revient ainsi sur la table du Conseil, gageons d’un sursaut de responsabilité et de civisme par lequel vous acterez le retour à la raison.

Vous pouvez aussi soutenir la mobilisation “Sauvons les berges du Suzon” en signant la pétition en ligne qui adresse au Maire la même demande d’annulation de la vente.

Nous voulons croire encore, Mesdames et Messieurs les élu.es, en votre véritable respect pour les vivants de Dijon, humains et non-humains.

Sauvons les berges du Suzon





Infos-dijon.com - Mentions légales