Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Côte d'Or > Côte d'Or
17/01/2022 23:42

CÔTE-D'OR : «Le chômage n'a jamais été aussi bas depuis 2008», constate le préfet

À l'heure des bilans et des vœux ce lundi 17 janvier, Fabien Sudry a passé en revue les dossiers marquants de l'année 2021 : épidémie et campagne vaccinale, plan de relance et baisse du chômage, mais aussi présence des forces de l'ordre sur le terrain et lutte contre les trafics de stupéfiants.
«Je souhaite vraiment que l'année 2022 soit l'année du reflux de l'épidémie», énonce Fabien Sudry, préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, préfet de la Côte-d'Or, ce lundi 17 janvier, en guise de vœux pour l'année qui débute.

Le représentant de l’État a choisi Infos Dijon pour passer en revue des dossiers qui ont marqué l'année 2021 et tracer des perspectives pour 2022. L'épidémie de la Covid-19, bien sûr, mais aussi la relance économique, la sécurité intérieure ou encore la présidence française du conseil de l'Union européenne.

«L'homme est un animal social»



«L'épidémie bouscule nos vies, perturbe le fonctionnement de la vie publique, de la vie économique, de la vie sociale», constate deux ans après que le coronavirus SARS-CoV-2 a fait irruption en Europe en provenance de Chine.

«Nous aspirons à retrouver des moments partagés, de convivialité, à serrer nos proches dans nos bras, à sortir librement, à reprendre des échanges autour de ce qui nous unis, des conditions d'humanité», ajoute-t-il, à l'unisson de la population.

Et de citer Aristote : «l'homme est un animal social». C'est à dire que «l'homme se définit en société, dans un groupe, dans une famille, dans une communauté».

«On a appris à mieux se prémunir et à mieux se protéger»


Alors que la vague du variant Omicron n'entraîne pas des hospitalisations dans les mêmes proportions que la terrible première vague du printemps 2020, le préfet retient «les signaux encourageants» tout en restant «prudent» : «on a appris à mieux se prémunir et à mieux se protéger».

Au 14 janvier dernier, la Côte-d'Or présentait un taux d'incidence de 2.476 pour 100.000 habitants, un «niveau record de contamination» de l'aveu même de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté. Face à cela, près de 200 patients étaient hospitalisés dans le département, dont 40 en réanimation.

«Le virus circule extrêmement activement, (…) si on est respectueux des gestes barrières, la diminution que l'on envisage de l’épidémie se produira beaucoup plus vite, j'encourage à la poursuite de l'esprit civique», insiste Fabien Sudry.

«Anticiper les échéances de non validité du passe sanitaire»


En Côte-d'Or, 270.000 personnes ont reçu la dose de rappel, soit un taux de couverture de 70% des personnes disposant d'un schéma vaccinal complet. Cependant, environ 8.000 personnes sont concernées par l'arrivée à l'échéance du 15 janvier dernier de leur passe sanitaire.

La prochaine échéance arrivera le 15 février pour les personnes qui avaient un schéma vaccinal complet au 15 octobre. Le préfet incite la population à «anticiper les échéances de non validité du passe sanitaire pour se faire vacciner».

Un centre de vaccination salle Nelson Mandela


Le département est maillé par 17 centres de vaccination, dont le vaccinobus, sans compter l'implication des professionnels de santé : «le centre de Dijon Multiplex rend d'excellents services, le centre de la Toison d'Or continue de rencontrer un grand succès». «Nous sommes le département avec un des réseaux de vaccination le plus étoffé.»

Comme nous l'avions indiqué dès le 11 janvier dernier, le préfet confirme l'installation d'un centre de vaccination dans la salle Nelson Mandela à Quetigny à compter du 24 janvier prochain.

Il sera mis en œuvre par la Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme (FFSS), l'Union nationale des associations de secouristes et sauveteurs (UNASS) et mobilisera six militaires du service de santé des armées pour effectuer les injections.

«Le chômage n'a jamais été aussi bas depuis 2008»


«Notre pays n'a pas à rougir de ce qu'il a fait dans cette crise sanitaire», poursuit le représentant de l’État à propos des conséquences de l'épidémie. «Les entreprises ont continué d'investir, le taux de chômage a baissé, la reprise d'activité se maintient, (…) la nation dans son ensemble a fait preuve d'un grand esprit de responsabilité.»

En ce début d'année, le taux chômage s'établit à 6%, proche du niveau du plein emploi. «Il n'a jamais été aussi bas depuis 2008», constate le préfet. «Depuis un an, l'écart entre la demande d'emploi et les offres d'emploi a diminué de moitié, le marché de l'emploi est très bien orienté. Les signaux économiques sont plutôt bien orientés, les défaillances d'entreprises peu nombreuses, les créations qui ont repris, le taux de chômage est inférieur à l'avant-crise.»

Début 2021, Pôle Emploi dénombrait 41.000 demandeurs d'emploi et 21.000 offres. En novembre 2021, c'était 39.000 demandeurs d'emploi et 33.000 offres. Le nombre d'allocataires du RSA a diminué de 1.000 en un an pour s'établir à 10.400. Le dispositif «1 jeune, 1 solution» a concerné 14.000 Côte-d'Oriens en 2021 tandis que le nombre de contrats d'apprentissage est passé de 2.749 en 2019 à 4.665 en 2021. «L'économie régionale résiste à la reprise de l'épidémie», résume le préfet.

«La relance a permis de doper les investissement des entreprises»


En ce qui concerne la relance de l'économie dont «l'objectif était de favoriser la reprise et d'accélérer les transitions de l'économie française notamment la transition écologique et d'améliorer la compétitivité des entreprises», 250 millions d'euros ont été engagés en Côte-d'Or en 2021 pour 1.100 projets soutenus dont 255 dossiers d'aides directes aux entreprises. Cela sans compter les 155 millions d'euros propres au Ségur de la Santé.

«Jamais l’État n'avait en aussi peu de temps dégagés autant de moyens pour soutenir la cohésion sociale et nationale sur un territoire», estime Fabien Sudry. «La relance a permis de doper les investissement des entreprises, maintenir les investissements des collectivités et d'accélérer certaines transitions.»

Les sous-préfets coordonnent des réunions sur la formation


En ce qui concerne les tensions de recrutement, les services de l’État conduisent des actions dans les bassins d'emploi au travers des sous-préfets d'arrondissement qui réunissent régulièrement les acteurs locaux afin de coordonner les soutiens accordés aux formations en lien avec les collectivités, notamment le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté.

«Au niveau national, des discussions sont engagés avec les branches professionnels pour travailler sur les conditions de travail – si nécessaire sur les conditions de rémunération – pour favoriser l'attractivité de certains secteurs professionnels. Il y a eu des concertations qui ont abouti à des accords de branche sur des augmentations de salaire et d'amélioration des conditions de travail», rappelle le préfet.

«Accentuation de la présence des forces de police et de gendarmerie sur le terrain»


En matière de sécurité publique, le ministère de l'Intérieur se réserve la communication sur le sujet puisque les indicateurs seront dévoilés à la fin du mois. «Les indicateurs globaux de délinquance sur la Côte-d'Or sont inférieurs à la moyenne nationale», signale néanmoins le préfet, «la Côte-d'Or est un département plutôt paisible».

«Il y a une priorité absolue de lutte contre l'économie souterraine», martèle Fabien Sudry alors que la préfecture a dénombré 1.399 opérations anti-stupéfiants en 2021 et la saisie de l'équivalent de 5,5 millions d'euros (lire le communiqué).

«Il y a une accentuation de la présence des forces de police et de gendarmerie sur le terrain», signale le préfet. Une présence rendue possible par le renforcement des effectifs de police sur la circonscription de Dijon. Fabien Sudry annonce que six policiers supplémentaires arriveront en février ce qui portera à 48 le nombre de postes créés en moins de deux ans.

Deux structures soupçonnées de radicalisation islamiste


Dans le champ de la lutte contre l'islamisme radical, «[la préfecture] n'a pas identifié de mosquée pouvant tomber sous le coup des nouvelles règles [de la loi sur les séparatismes]».

Pour autant, des contrôles sont régulièrement effectués auprès des associations ou encore des commerces. Ainsi, en 2021, deux arrêtés de fermetures administratives ont été pris pour des structures établies à Dijon, un commerce communautaire et une association à vocation périscolaire comme l'a signalé Marlène Schiappa (lire notre article). Des fermetures non pas pour des situations en lien avec l'islamisme radical directement mais notamment pour des manquements à la réglementation sur l'accueil collectif de mineurs.

Réunions des ministres européens du tourisme à Dijon


Sur le plan institutionnel, alors que la présidence française du conseil de l'Union européenne a débuté le 1er janvier dernier, 400 événements sont prévus à l'échelle du pays pour décliner ce temps fort dans les territoires.

Deux réunions de ministres et commissaires européens sont prévues en Bourgogne-Franche-Comté : sur le sujet du numérique et des télécoms, les 7 et 8 mars à Nevers, ainsi que sur le tourisme, les 17 et 18 mars à Dijon.

Jean-Christophe Tardivon

Trois voitures radars privées sillonneront les routes à partir d'avril


Le procureur de la République de Dijon note «un recours aux présentations en justice qui a été extrêmement conséquent en 2021»


Marlène Schiappa et François Rebsamen s'associent pour «mieux protéger les femmes face aux violences intrafamiliales»


Le vaccinobus, «un atout majeur dans la lutte contre la Covid-19»


La préfecture adapte le maillage des centres de vaccination de la métropole dijonnaise



Infos-dijon.com - Mentions légales