Recherche
Pour nous joindre
redaction.infosdijon@gmail.com
SMS au 07.86.17.77.12
> Vie locale > Vie locale
05/01/2024 17:03
4106 lectures

DEVOIR DE MÉMOIRE : Dijon entre dans le cycle des commémorations de la Libération de la France

Ce vendredi 5 janvier, la Ville de Dijon a organisé le premier des événements mémoriels liés au 80ème anniversaire de sa libération durant la Seconde Guerre mondiale. Le label de la «Mission Libération», co-dirigée par Fabien Sudry, sera sollicité pour la cérémonie du 11 septembre.
Un cycle mémoriel particulier s'ouvre en ce début d'année 2024 autour de la commémoration des 80 ans d'événements majeurs de la Seconde Guerre mondiale concernant la Libération de la France et la Victoire sur l'Allemagne nazie.

Après l'opération Torch en Algérie en 1942 et la libération de la Corse en 1943, l'opération Overlord marque, le 6 juin 1944, le début de la Bataille de Normandie puis de la Libération de la France sur le sol métropolitain.

2024 et 2025, années mémorielles


À Paris, une insurrection populaire débute le 19 août 1944. Une percée d'éléments de la Deuxième Division blindée permet d'accéder à la capitale le 24 août pour une capitulation des troupes allemandes le 25 août.


À la suite du débarquement de Provence, le 15 août 1944, Dijon est libérée le 11 septembre de la même année.

Il faudra attendre la capitulation de l'Allemagne nazie, le 8 mai 1945, pour que les dernières poches de combats tombent complètement, en Alsace-Lorraine ainsi qu'au long de la façade atlantique.

Différents territoires de l'Hexagone, chacun avec leur temporalité spécifique ou en lien avec le calendrier national, commémoreront donc, en 2024 et 2025, les 80 ans de leur libération du joug nazi.

L'ancien préfet de la Côte-d'Or Fabien Sudry codirige la Mission Libération


La «Mission Libération» est chargée d’organiser les cérémonies de commémoration des débarquements, de la Libération de la France et de la Victoire.

La Mission est présidée par Philippe Étienne, ambassadeur de France, ancien ambassadeur aux États-Unis et en Allemagne, ancien conseiller diplomatique du Président de la République. Elle est placée sous la direction générale du général de corps d'armée Michel Delion et du préfet Fabien Sudry, ancien préfet de la Côte-d'Or.

Selon la Mission Libération, «le cycle commémoratif d’ensemble sur 2024 et 2025 constituera un temps fort pour le pays, pour son rayonnement international mais aussi pour sa cohésion autour des valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité».

Pour valider les contenus sollicitant le label de la Mission Libération, un conseil scientifique et d’orientation d'une quinzaine de chercheurs et d'historiens est présidé par Denis Peschanski, directeur de recherche émérite au CNRS.

Dans les établissements scolaires


Dans le cadre de ce cycle commémoratif, l’Éducation nationale incite également les professeurs du premier et du second degré à mettre en place des projets pédagogiques et éducatifs.

L’Éducation nationale rappelle que les débarquements, la Libération et la Victoire sont abordés à différents niveaux d’enseignement dans les programmes d’histoire.

En CM2, ils peuvent être traités dans le chapitre «Deux guerres mondiales au XXème siècle». Au collège, ces sujets sont étudiés en 3ème : «La Deuxième Guerre mondiale : une guerre d’anéantissement» et «1944-1947 : refonder la République, redéfinir la démocratie».

Au lycée, ils apparaissent dans le thème «Guerres européennes, guerres mondiales, guerres totales (1914-1945)» en première professionnelle ; en terminale générale et technologique, ils sont abordés dans le cadre de l’étude de la Seconde Guerre mondiale. En terminale générale spécifiquement, un point de passage et d’ouverture porte sur «Juin 1944 : le débarquement en Normandie et l’opération Bagration».

Selon le ministère, «ces entrées de programme peuvent être l’occasion d’initier un travail interdisciplinaire en lien avec le français, l’EMC, les arts plastiques, l’histoire des arts, l’éducation musicale, etc.».

À Dijon, souvenir du procès des Patriotes de l'Auxois


La remise des insignes d'officier de la Légion d'honneur au résistant-déporté Henri Mosson, organisée ce 5 janvier 2024 à l'Hôtel de Ville de Dijon, marque le lancement des commémorations dijonnaises qui connaîtront leur point d'orgue le 11 septembre prochain.

Le prochain rendez-vous correspond au 29 février qui, du fait d'une année bissextile, permettra de commémorer exactement à la même date le procès des Quinze Patriotes de l'Auxois, jugés et condamnés à mort dans la salle des États du palais des ducs de Bourgogne.

La Ville de Dijon prévoit d'organiser un événement mémoriel pour rendre hommage à ces résistants, fusillés le 1er mars 1944 au stand de tir de Montmuzard, et accompagner ainsi leur souvenir.

Jean-Christophe Tardivon

François Rebsamen remet les insignes d'officier de la Légion d'honneur à Henri Mosson


79ème anniversaire de la libération de Dijon


Commémoration du 80ème anniversaire de la mort de Jean Moulin


Remise des prix du concours national scolaire de la Résistance et de la Déportation 2023 en Côte-d'Or


Une cérémonie pour le 80ème anniversaire de la création du Conseil national de la Résistance


83ème anniversaire de l'appel du général de Gaulle


Patricia Mirallès a échangé avec des lycéens ayant enquêté sur la seule rafle d'otages juifs à Dijon en 1942


Reconstitution historique à Dijon, le 11 septembre 2023 (image d'archives JC Tardivon)


Infos-dijon.com - Mentions légales